mercredi 4 août 2021
Accueil | Santé | Santé de la reproduction : Environ 1 milliard de francs CFA pour aider les femmes et adolescentes maliennes

Santé de la reproduction : Environ 1 milliard de francs CFA pour aider les femmes et adolescentes maliennes

Afin d’accroitre la demande et l’utilisation des services de santé de la Reproductivité et de la Planification familiale dans les Régions de Koulikoro, Ségou, Sikasso et le District de Bamako, le Gouvernement malien et l’UNICEF viennent de signer un accord de partenariat d’environ un milliard de francs CFA financé par la Banque Mondiale.  L’objectif recherché est de contribuer au bien-être des familles maliennes. La rencontre au cours du quelle l’information a été donnée a eu lieu le vendredi 17 juin dernier, à l’Hôtel Salam.

 

Selon l’enquête par Grappe à Indicateurs Multiples au Mali 2015(MICS-MALI), le nombre de naissance pour 1000  jeunes femmes âgées de 15 à19 ans est de 151 enfants vivants. Les 36,5% des femmes âgées de 20 à 24 ans ont eu au moins une naissance vivante avant l’âge de 18 ans. Cependant, toujours selon l’enquête, seul 15,6% des femmes maliennes ont recours à des méthodes contraceptives, modernes ou traditionnelles.

Vu ce fait, le projet d’accroissement de la demande et de l’utilisation des services de la santé de la reproductivité a pour but principal d’amener 300.000 femmes et adolescentes âgées de 15 à 49 ans à fréquenter et à utiliser les services de planification familiale au niveau des 652 centre de santé de référence et des centres de santé communautaires que compte le pays, d’ici fin février 2017.

« Les adolescentes et les femmes connaîtront mieux et feront davantage confiance aux services de santé de la reproduction disponibles dans les centres de santé. Ainsi, elles pourront décider d’espacer les naissances  pour le bien-être de leurs familles», dit le Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr. Marie Madeleine Togo.

Selon le Représentant du projet  MICS-MALI 2015, 15,8% des femmes de 15 à 49 ans actuellement mariées ou en union, fécondes ou non souhaitent espacer leurs naissances ou encore limiter le nombre d’enfants mais n’utilisent  aucune méthode de contraception. Et, ainsi, ce projet permettra aux femmes en âge de procréer d’avoir un meilleur accès à des services de planification familiale de qualité, de soins prénataux et d’accouchement sûrs.

Adama A. Haïdara LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Covid19: Des signes encourageants ?

Depuis quelques mois, cette pandémie mondiale qui avait, de façon incessante, menacé l’économie mondiale, notamment …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils