mercredi 30 novembre 2022
Accueil | Santé | Le serment d’Hippocrate vire au serment d’hypocrite

Le serment d’Hippocrate vire au serment d’hypocrite

 

La prolifération au Mali des cliniques privées, des cabinets médicaux, des pharmacies… loin d’être un signe de bonne santé publique pour des prestations de qualité, un niveau de professionnalisme avéré est, au contraire un mauvais indicateur d’un système qui prospère sur le portefeuille des patients à la recherche d’une meilleure prise en charge. Depuis, le serment d’Hippocrate fait place au serment d’hypocrite dans notre pays.

Non seulement les prix sont élevés, les consultations laissent à désirer, et les résultats ne sont guère meilleurs. Un spécialiste qui n’a d’yeux que pour les recettes générées par les services fournis, n’a pas trop de temps à accorder à son client, au sens mercantile du terme.

Les exceptions sont devenues rares dans un pays où l’appétit du gain tue la morale et la déontologie. Quand de telles pratiques visitent un corps censé s’immuniser, contre le virus de la cupidité, les erreurs médicales continuent à faire des victimes. Réduisant hideusement ce beau et noble métier en business de la mort.

À chacun de méditer cet extrait du serment d’Hippocrate : « Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire… »

Mariam Konaré LE NOUVEAU REVEIL

Djibril Coulibaly

Voir aussi

SANTÉ PUBLIQUE AU MALI: De graves manquements au serment d’Hippocrate

    Nombreux sont ceux qui rencontrent des difficultés avec les agents sanitaires pendant leur …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils