vendredi 1 juillet 2022
Accueil | Important | RESPECT DES DROITS DES AIDES-MÉNAGÈRES : Addad Mali sollicite l’implication des autorités   

RESPECT DES DROITS DES AIDES-MÉNAGÈRES : Addad Mali sollicite l’implication des autorités   

 

 

L’Association pour la défense des droits des Aides-ménagères (ADDAD) œuvre depuis plus d’une dizaine d’années au Mali, mais aussi dans 8 pays de la sous-région. Elle travaille pour défendre, promouvoir et protéger les droits des aides-ménagères et valoriser ce métier à travers l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.   

À la faveur d’une visite au siège de l’ADDAD (Association pour la défense des droits des aides-ménagères) initiée par les membres de ladite association, les professionnels des médias ont eu le privilège de découvrir, non seulement, les sièges et l’organigramme, mais surtout les activités menées au bénéfice des jeunes filles dans le district de Bamako.

Cette visite guidée par Mme Sokona Traoré, coordinatrice du projet protection des filles travailleuses domestiques contre les violences et exploitation à Bamako.

Ce projet a été initié par Educo et ADDAD depuis 2020 et a finalement débuté en 2021 pour des raisons liées à la pandémie de la Covid-19 et prendra fin en 2022.  Le projet a pour objectif d’identifier 4000 filles dans les communes IV et VI du district de Bamako pour permettre à certaines d’entre elles de bénéficier d’une formation.

La visite des journalistes a pour objectif de permettre à ces derniers de s’enquérir des problèmes et le fonctionnement de cette association, mais aussi voir dans quelle mesure l’ADDAD pourra travailler avec les médias pour la cause des femmes ménagères.

Lors de cette visite, les journalistes ont échangé avec Mme Yafoula Logué, animatrice chargée d’accueil et la formation en cuisine et ménage. De ses explications, les filles, une fois arrivées au centre, elles sont prises en charge après s’être fait enregistrer. Ensuite, elles sont reparties par groupes dans lesquels elles suivent chaque jour une initiation à la cuisine et au ménage.

Mme Diallo Sitan Fofana, présidente de l’ADDAD, parlant des difficultés, a souligné que la jeune femme travailleuse ménagère n’est pas respectée dans la société malienne. Elle a souligné le non-respect des clauses, l’exploitation, la maltraitance et la violence physique qui sont les cas rencontrés dans leur quotidien. “Nous voulons que les autorités prennent des mesures sur la situation des femmes aides-ménagères qui a pris de l’ampleur dans notre société et revoient les textes. Nous voulons un statut particulier et des lois garantissant le travail des femmes aides-ménagères’’, a-t-elle demandé auprès des autorités pour leur implication et la sensibilisation des populations sur le phénomène.

À ce jour, 23 filles sont dans le Centre en attente de trouver un travail. Elles sont prises en charge gratuitement et pour une durée indéterminée. Mais plusieurs d’entre elles sont arrivées avec des problèmes, dont l’ADDAD.  Le Centre les accompagne pour trouver la solution.

Selon un rapport, les filles ménagères victimes d’exploitation à Bamako, viennent des localités comme Ségou, San, Mopti, Bandiagara, Bankass, Sikasso, Koutiala, Koulikoro, Banamba, Fana, etc.

Kevin KADOASSO  LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Us et coutume: Le riche patrimoine culturel peulh fait des émules

  La société peulh étant une des plus hiérarchisées d’Afrique. Le système de castes est …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils