mercredi 4 août 2021
Accueil | Politique | PROJET DE LOI ELECTORALE DECRIE : Modibo Sidibé enfile enfin son boubou d’opposant

PROJET DE LOI ELECTORALE DECRIE : Modibo Sidibé enfile enfin son boubou d’opposant

L’engagement de l’ex-Premier ministre du Mali contre le projet de loi électorale est salutaire dans la mesure où l’homme était encore un opposant assez docile et loin de ses camarades de l’opposition.

Pour une des rares fois, le président du parti Fare/An ka wuli s’est publiquement affiché au nom de l’opposition malienne à la conférence de presse le week-end dernier. Ce n’est pas tout, il en était le principal animateur. Une posture remarquable quand on sait que Modibo Sidibé était jusque-là absent de l’arène politique et peu coutumier des joutes oratoires.
Avare en communiqué et réaction sur les sujets brûlants de l’actualité, Modibo Sidibé et son parti n’existaient que sur les réseaux sociaux où l’ancien Premier ministre du Mali bat toujours campagne, contrairement à d’autres formations politiques de l’opposition comme l’URD, le Parena, le PDES… qui n’ont manqué aucune occasion pour se prononcer sur la vie de la nation.
Rappelez-vous la marche de l’opposition en mai dernier contre la mauvaise gouvernance. L’ancien chef du gouvernement sous ATT avait brillé par son absence à cette manifestation démocratique de milliers de manifestants. Il n’était pas le seul opposant à manquer à ce rendez-vous. L’actuel ministre de la Jeunesse, alors membre de l’opposition, n’était pas non plus là. Il avait du reste assumé son absence et son basculement dans la majorité présidentielle n’a surpris guère. Modibo Sidibé voulait-il jouer au même jeu ? Les commentaires vont bon train.
De l’avis de bon nombre d’observateurs de la scène sociopolitique, Modibo Sidibé aura à se battre mais il restera un opposant tendre qui aura du mal à se prononcer toujours sur les sujets difficiles de la nation. A l’origine de cette remarque, le passé peu enviable de l’homme dans l’administration malienne, avec presque tous les anciens présidents de l’ère démocratique.
Du poste de ministre de la Santé (1993) à celui des Affaires étrangères (1997), du poste de secrétaire général de la présidence (2002-2007) à celui de Premier ministre (2007-2011), le président du parti Fare a du mal à parler du peu de bon qu’il a fait pour changer la vie du Mali. Tout sauf l’ »Initiative riz » qui, dit-on, a été un échec cuisant !
D. Samaké LA SIRENE| lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

REPONSE DE CHOGUEL MAÏGA AUX POLITIQUES: « Les élections générales auront lieu comme prévu …’’

  Le Premier ministre a été clair face aux membres du Conseil National de Transition …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils