dimanche 17 janvier 2021
Accueil | International | Produits pharmaceutiques : «1 Médicament sur 10 dans le monde serait une contrefaçon », selon l’OMS

Produits pharmaceutiques : «1 Médicament sur 10 dans le monde serait une contrefaçon », selon l’OMS

Les faux médicaments circulent de plus en plus dans les marchés africains. La vente de ces produits contrefaits est lucrative pour ceux qui en font leur métier mais occasionne des centaines de milliers de morts. Selon un journal américain, 122.000 enfants de moins de cinq ans sont décédés en 2013 en Afrique subsaharienne pour avoir pris des antipaludéens contrefaits.

Interpol a annoncé en août 2017 la saisie de 420 tonnes de produits médicaux de contrebande en Afrique de l’Ouest. C’est suite à une vaste opération ayant mobilisé un millier d’Agents de police, de Douaniers et d’agences de réglementation des produits de santé de sept pays que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Togo.

Ce marché aux faux médicaments qui fait le gagne-pain de certaines personnes a souvent comme Bailleurs de fonds des Responsables de Santé corrompus. La majorité de ces médicaments proviennent de la Chine et de l’Inde et a généralement pour cible des pauvres gens qui n’ont pas assez de moyens de revenus pour se traiter dans les Hôpitaux. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un médicament sur dix dans le monde est issu de contrefaçon. Mais ce chiffre qui peut atteindre 7 sur 10 dans certains pays africains.

Les vaccins, antirétroviraux et les antipaludéens contrefaits sont très dangereux pour la vie humaine.

Selon l’OMS, au moins 100.000 personnes meurent chaque année en Afrique à cause de ces faux médicaments.

Selon un confrère selon américain, en Afrique Subsaharienne, plus de 120.000 patients sont décédés en 2013 après avoir été administrés des antipaludéens contrefaits.

Selon l’AFP, le fait que les gens s’adonnent plus à cette activité peut être expliqué par le Bénéfice qu’ils y gagnent.

 

«Le trafic des produits pharmaceutiques serait plus rentable que celui de la drogue»

Dans un Rapport de l’Institut international de recherches anti-contrefaçon de médicaments, il ressort que les criminels profitent du fait qu’à l’inverse du trafic de stupéfiants, le commerce de faux médicaments demeure largement impuni dans le monde, étant considéré comme un simple délit de violation de la propriété intellectuelle. Pourtant le phénomène est responsable de centaines de milliers de morts par an.

Face à cette situation qui fait plus de drames en Afrique, il est urgent que les Dirigeants africains se consultent pour décider une politique commune de lutte contre les médicaments contrefaits. Une opération qui peut être de longue durée.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

 

Rédaction

Voir aussi

Elon Musk : le gosse de Pretoria devenu l’homme le plus riche du monde

Le fantasque patron sud-africain de Tesla et SpaceX vient de voir sa fortune dépasser celle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils