lundi 15 août 2022
Accueil | Société | Procès Télécel-Mali contre Oumar Diakité : Le délibéré attendu le 13 mars prochain

Procès Télécel-Mali contre Oumar Diakité : Le délibéré attendu le 13 mars prochain

Suite à une citation directe de Télécel-Mali représenté par son Directeur Général, Souleymane Diallo, notre Directeur de la Rédaction, Oumar Diakité, a comparu devant la Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de la Commune I du District de Bamako, hier mercredi 6 mars 2019. On lui reproche le délit de diffamation. Maître Cheick Oumar Konaré, son Avocat, a soulevé la prescription. Le délibéré a été renvoyé au 13 mars 2019.

Le Directeur de la Rédaction de votre quotidien «LE COMBAT», Oumar Diakité, était à la barre, hier, mercredi 6 courant, au Tribunal de la Commune I. Les faits remontent à la publication d’un article dans notre parution du numéro 1772 du 5 juin 2018, sous sa plume. Dont l’intitulé: «TELECEL-MALI: Un démarrage sur fond de l’amateurisme».

La poursuite est en train de se faire sur la base d’une citation datant du 31 janvier 2019, huit mois après les faits.  L’audience de consignation a eu lieu le 20 février dernier. À l’audience d’hier, Mme Soumaré était le Président du Tribunal, Mohamed Coulibaly, au Parquet et la défense de la partie plaignante était assurée par Maître Samaké. Notre conseil est l’expérimenté Avocat Me Cheick Oumar Konaré. Un Professionnel qui n’est plus à présenter.

À l’entame de notre dossier, Me Konaré a soulevé la prescription parmi tant d’autres exceptions. Parce que la loi prévoit que les faits sont prescrits par trois mois. Or, ici, les faits ont été commis en juin 2018. Et la poursuite est en train de se faire sur la base d’une citation datant du 31 janvier 2019. C’est-à-dire, huit mois après la publication de l’article incriminé. L’affaire a été mise en délibéré sur cette discussion. Aussi, faut-il retenir que le Parquet a été on ne peut plus clair. Mohamed Coulibaly a reconnu la prescription avant de signaler d’autres vices de forme.

La Direction du journal, LE COMBAT et son personnel, en particulier, et l’ensemble de la presse malienne, en général, demeurent convaincus que la loi sera dite dans cette affaire. Tout le monde reste confiant et suspendu  au professionnalisme qui s’exerce dans le Tribunal de Grande Instance de la Commune I du District de Bamako.

La Rédaction 

Rédaction

Voir aussi

Vie chère après la levée des sanctions de la CEDEAO: Quand des Maliens préfèrent l’embargo à la galère actuelle

Malgré la levée des sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA depuis le 4juillet passé …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils