samedi 24 octobre 2020
Accueil | International | Porosité des frontières : Du sucre prohibé en provenance de l’Ukraine pour le Mali saisi en Côte-d’Ivoire

Porosité des frontières : Du sucre prohibé en provenance de l’Ukraine pour le Mali saisi en Côte-d’Ivoire

Au total 660 sacs de 50 kilogrammes (soit 33 tonnes) de sucre prohibé d’une valeur marchande de 90 millions de francs CFA en provenance de l’Ukraine pour le Mali ont été interceptés dans le village frontalier de Nigouni, Département de Tengrela, dans  l’extrême Nord de la Côte-d’Ivoire. L’exploit est d’une Brigade mobile régionale des Douanes ivoiriennes.

 

Le coup de filets a eu lieu dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 mars 2017. Selon le Lieutenant Souleymane Kansaye, Chef adjoint de la Brigade mobile de Ferkessédougou, qui a conduit les opérations, c’est sur instruction du Directeur régional que cet exploit a été possible.  C’est ce dernier qui a, en effet, alerté que du sucre se déversait sur le département de Tengrela en provenance du Mali.  « A l’heure indiquée, nous avons tendu une embuscade au niveau de Nigouni, dernier village de la Côte-d’Ivoire, du côté du Mali, et avons intercepté le camion avec les 33 tonnes du sucre prohibé dans la nuit jeudi 23 au vendredi 24 mars 2014. L’opération a été menée de concert avec notre Supérieur et il fallait infiltrer la zone et déjouer les contrebandiers ».

Le Directeur régional des Douanes, le Colonel Kamagaté Ibrahima, a, pour sa part, déclaré que l’importation du sucre est totalement interdite et fortement taxée : «Nous avons des entreprises de sucre en Côte-d’Ivoire qui emploient des travailleurs qui nourrissent de milliers de familles, payent les impôts et autres. Nous ne pouvons pas accepter la concurrence déloyale. Ensuite, pour la santé des populations, le contenu et la qualité sont impropres, dangereux pour la consommation; car, aucun document phytosanitaire n’accompagne ces marchandises». Il s’est agi là d’une intervention qui voile à peine la complicité ou le manque de professionnalisme au niveau des services de contrôle maliens, accusés indirectement d’avoir laissé passer une telle cargaison. Nul n’ignore, certes, la porosité de nos frontières ; mais, une saisie de ce genre faite du côté ivoirien n’honore en rien nos gardes frontaliers. Car, cela laisse entrevoir d’énormes failles dans leur fonctionnement.
Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Insécurité au Mali : le Conseil de sécurité condamne et demande des enquêtes sur les attaques contre les Casques bleus

Au Mali, le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné « dans les termes les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils