mardi 29 septembre 2020
Accueil | Société | Mot de la semaine : Décrispation

Mot de la semaine : Décrispation

L’angoissante crise politico-sociale dans laquelle le Mali est plongé depuis le 5 juin 2020 va-t-elle enfin connaître un début de décrispation ? Voici la question qu’on est tenté de se poser au regard des pourparlers entre les différents protagonistes de la crise, de l’implication de la Communauté internationale et surtout de la volonté affichée de part et d’autre d’amorcer le dialogue afin de trouver un consensus. La Mouvance Présidentielle, Ensemble pour le Mali, EPM, avec à sa tête Bocari Tréta et Tiémoko Sangaré, avait déjà pris langue avec les leaders du M5 RFP pour que ces derniers inscrivent leurs actions dans le cadre d’un dialogue pour une issue heureuse à cette crise politico sociale.

Acceptant la main tendue de la Majorité, les leaders du M5 RFP se sont dits favorables au dialogue, mais n’entendent pas céder d’un iota de leurs revendications dont la première est la démission du Président de la République.
En effet, après l’échec cuisant de la Convergence des forces Républicaines, CFR, à faire le plein du palais des sports de 5 000 places et sa tentative avortée de faire sortir « 2 millions de personnes » dans la rue le samedi 27 juin, le M5 RFP fort de sa popularité, est désormais en situation de force pour négocier avec le Président de la République. IBK désormais affaibli n’aura d’autres choix que d’accepter le principe de négocier avec ses opposants et surtout de donner une suite favorable à leurs revendications.
Si celle relative à la démission du Président de la République pourrait faire l’objet d’un consensus à minima, les autres revendications, selon nos informations, seraient à prendre ou à laisser, mais non négociables. Parmi ces revendications, on pourrait citer entre autres la Dissolution de l’Assemblée Nationale, celle de la Cour Constitutionnelle, la nomination d’un Premier Ministre de pleins pouvoirs qui mettra en place un gouvernement d’union nationale. Les opposants voudraient également qu’IBK soit seulement un Président honorifique qui se contenterait des honneurs liés à sa fonction.
Le décor étant planté par les leaders du M5 RFP, IBK n’a d’autre choix que d’engager les négociations afin d’obtenir d’autres concessions, après celle de son maintien à son poste. Le Président de la République ne devrait pas manquer de ressources humaines compétentes et consensuelles pouvant faire figures de négociateurs auprès de ses opposants. IBK devra éviter une troisième sortie du M5 RFP. Ce Mouvement considéré par bon nombre des maliens comme l’ultime espoir de dresser la barre de la gouvernance chaotique du régime en place, enregistre chaque jour des nouvelles adhésions, donc il est capable de faire chuter le régime. Il est grand temps, avant qu’il ne soit encore trop tard qu’IBK sorte de son antre royal en revêtant son manteau présidentiel pour très rapidement prendre langue avec ses opposants afin de trouver une issue favorable à cette crise.
En définitive, tous les observateurs de la scène politique malienne s’accordent à dire que la crise qui secoue le pays de Soundiata Keita est si profonde qu’il a besoin d’une thérapie de choc pour y remédier. Donc, une transition pour diagnostiquer les maux et prescrire les médicaments qu’il lui faut, semble être un impératif absolu. L’avenir de la démocratie et même du Mali dépendra désormais de l’issue de cette crise.
Youssouf Sissoko

Malick Diancoumba

Voir aussi

3e Édition de la Formation sur la Police des Nations Unies : Dix-sept éléments des forces de sécurité certifiés dans le renforcement des capacités opérationnelles

Le Directeur Général de l’École de Maintien de la Paix, le Général de Brigade Mody …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils