vendredi 3 février 2023
Accueil | Politique | Mesures d’accompagnements face au COVID-19 : IBK et les effets d’annonce   

Mesures d’accompagnements face au COVID-19 : IBK et les effets d’annonce   

Le Président IBK s’est adressé le 10 avril à la nation pour exposer les mesures d’accompagnement prises pour alléger les conséquences économiques engendrées par le Coronavirus au Mali. Celles-ci coûteront à l’État 500 milliards de nos Francs. Mais la joie a été de courte durée quand l’opinion a compris que les frais de l’électricité et l’énergie n’étaient pas complètement pris en charge par le gouvernement, et plus encore, les bénéficiaires d’aides ne sont pas connus. 

Pour soulager dit-il, les peines des populations en cette période de crise sanitaire, le Président de la République, Ibrahim Boubacar  Kéita vient d’annoncer des mesures d’accompagnement pour les personnes vulnérables.

En effet, pour lutter efficacement contre la propagation du COVID-19, l’État envisage d’isoler Bamako des autres localités du pays. Alors que dans le même temps, le Président a également annoncé le maintien du second tour de l’élection législative prévu le 19 avril prochain.

IBK annonce des efforts de son gouvernement qui pour les membres ont donné un mois, le Premier ministre renonce à deux mois de salaire. Pendant que le Président lui-même renonce à trois mois de son salaire.

De l’autre côté, une prime spéciale sera payée au personnel de santé mobilisé et les éléments des forces de sécurité et de défense affectés à la surveillance du couvre-feu.

Les entreprises locales de textiles, grandes, moyennes ou petites y compris les tailleurs qualifiés vont produire sur place des millions de masques au profit de la population afin de satisfaire le programme « Un Malien, un masque » lancé avec une commande spéciale de 20 millions de masques lavables livrée à Bamako dans le courant de la semaine prochaine.

Aux dires d’IBK, un fonds spécial de 100 milliards pour les familles les plus vulnérables sera mis en place, diminution pendant 3 mois, de la base taxable au cordon douanier des produits de première nécessité, notamment le riz et le lait.

La grande attention fut l’annonce sur la prise en charge pour les mois d’avril et de mai 2020, des factures d’électricité et d’eau des catégories relevant des tranches dites sociales, c’est-à-dire les plus démunies. Ce qui a suscité une joie malheureusement de courte durée. Car selon la grande majorité des Maliens, les frais d’électricité et de l’eau sont supprimés pour tous durant les trois mois.

Sur un autre plan, il a annoncé l’exonération de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sur les factures d’électricité et d’eau, de tous les consommateurs, pour les mois d’avril, mai et juin 2020.

Il sera distribué gratuitement 56.000 tonnes de céréales et de 16.000 tonnes d’aliments bétail aux populations vulnérables touchées par le COVID 19, annonce IBK

Pour accompagner le secteur privé, un Fonds de Garantie du Secteur Privé sera doté d’un montant de 20 milliards de FCFA destiné à garantir les besoins de financement des PME/PMI, des Systèmes Financiers Décentralisés, des industries et de certaines grandes entreprises affectées par la pandémie.

Mais aussi des remises d’impôts, au cas par cas et secteur par secteur, aux entreprises privées impactées par les mesures de prévention du COVID 19.

Par ailleurs, le gouvernement annonce encore la fermeture des écoles le temps d’apprécier la situation. Mais quant aux heures d’ouverture et de fermeture des marchés, foires rurales et supermarchés seront revus et communiqués par les voies appropriées entre autres.

Contrairement aux autres pays de la sous-région, les Maliens s’interrogent sur la quintessence du discours de leurs présidents, car pour eux à ce jour aucune des mesures n’est applicable à tous. Et presque toutes les mesures sont relatives aux cas par cas alors que la structuration pose en elle-même un grand problème dans la gestion du pays. Comment les 100 milliards affectés pour les familles les plus vulnérables seront-ils repartis et sur quels critères ? Ce sont entre autres interrogation que pose le Malien lambda. Pour parvenir à la conclusion selon laquelle les mesures vagues ne pourront  qu’accroître les détournements de fonds.

Komi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Fonds de Garantie du Secteur Privé , Plus de 6 milliards FCFA d’irrégularités financières décelées par le Vérificateur : le DG dans le collimateur de la justice 

  Le Directeur Général du Fonds de Garantie du Secteur Privé (FGSP-SA), Moustapha Adrien Saar,  …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils