vendredi 27 janvier 2023
Accueil | Oeil du combattant | Même dans les nuages, on repère  l’insalubrité de Bamako

Même dans les nuages, on repère  l’insalubrité de Bamako

 

 

Vendredi dernier, comme tous les jours, aux environs de 15 heures le vol en provenance de Paris atterrit à l’aéroport Modibo Keita. Dans tous les pays, à la descente de l’avion on observe  le paysage de la ville plus ou moins enchanteur. Mais en ce qui concerne le nôtre, les alentours donnent une telle image néfaste que l’on n’a pas du tout envie de le contempler. Des épaves de voitures et des ordures entassées par ci et par là se dessinent tout autour de l’aéroport. Un touriste qui visite le  Mali pour la première fois en voyant ce paysage désolant se fera  de suite une idée néfaste de ce que pourrait être notre capitale. Une ville sale qui se remarque même dans le ciel.

Ce jour-là, votre fouineur dans son rôle a fouiné un peu partout. Et, abracadabra!  Il trouve quelque chose. Pas d’eau dans les toilettes de l’aéroport. Quand la question a été posée, une jeune fille tout embarrassée, qui s’occupait de cet endroit répond : « effectivement, aujourd’hui  il n’y a pas d’eau, c’est des choses qui arrivent parfois. Mais vous pouvez utiliser les « satalés, » (récipient dans lequel on met de l’eau pour les ablutions) »  ». Euh ! Comment peut-on comprendre que dans notre aéroport Modibo Keita dont nous sommes si fiers et qui est réputé être un aéroport international dans un grand pays, comme sait si bien le dire IBK  chaque fois que l’occasion se présente, on peut laisser  rentrer les passagers dans des toilettes sans eau ?

 

Que diantre ! Encore une fois de plus, les insuffisances du Directeur de l’aéroport et de ses collaborateurs mis à nu.

Quand est-ce que le Mali aura des responsables dignes de ce nom pour l’honneur du pays ?

 

Il faut reconnaître que le jour en question, les toilettes étaient propres, rien à dire! Mais imaginons que par manque d’eau, la mauvaise odeur des canalisations provenant des w.c. envahit l’atmosphère de cette grande salle qui est celle des bagages. Tous ces passagers, Maliens qui rentrent chez eux et d’autres, étrangers qui viennent visiter le pays et qui se sont fait taper des heures de vol, commencent à sentir cette odeur désagréable émanant des toilettes  dès leur sortie d’avion ou juste après le contrôle des passeports. C’est tout simplement aberrant.

 

Le Fouineur

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Quand la subtilité de l’art de la diplomatie échappe aux donneurs de leçons

  La tension entre le gouvernement malien, la MINUSMA et ses soldats ivoiriens suscite chez …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils