mercredi 29 juin 2022
Accueil | Société | Marche contre le projet de révision constitutionnelle : Réprimée dans le sang par la police

Marche contre le projet de révision constitutionnelle : Réprimée dans le sang par la police

Les jeunes du mouvement « Trop c’est trop » et d’autres mouvements associatifs se sont donnés rendez-vous à la Bourse du Travail de Bamako-Coura pour dénoncer le projet de loi portant Révision de la Constitution du 25 février 1992. Une marche qui a été empêchée et réprimée durement par les Policiers.

Symbole des grandes Révolutions au Mali, c’est à la Bourse du Travail que les jeunes du mouvement « Trop c’est trop » se sont donnés rendez vous, hier jeudi 8 juin, pour marcher contre la loi portant Révision de la Constitution votée le 2 juin par l’Assemblée Nationale. La marche qui devait conduire les manifestants à la Primature a été empêchée et durement réprimée par les quelques 200 Policiers mobilisés. Contre le projet de loi, les manifestants ont de nombreux griefs. Yiri Bocoum, Président du mouvement «Ça Suffit», s’exprime: «Nous sommes là pour revendiquer et demander aux autorités de changer la nouvelle constitution qu’elles veulent imposer aux Maliens. Cette nouvelle constitution comporte des aspects négatifs. Ce qui n’arrange pas le Peuple. On peut, entre autres, citer le fait que les Présidents du Sénat et celui de la Cour constitutionnelle soient nommés par le Président de la République. Cela fera du Président un monarque». Il dénonce aussi le manque de communication autour de ce texte de loi qui va gouverner les Maliens. «Ce Régime voulait faire passer ce texte sans trop communiquer autour. Alors que les Maliens sont sous-informés».

En les empêchant de marcher Yiri Bocoum se dit «déçu» et pense que c’est une privation de droit pour l’ensemble des Maliens. Au delà des griefs, les manifestants pensent que la période que traverse le pays n’est pas propice à la tenue d’un référendum et viole l’article 118 de la constitution du 25 février 1992.

Selon Binta Ongoïba   du mouvement « Trop c’est trop », le Mali n’est pas prêt pour organiser un référendum ; car, le pays va mal. Cela, du Nord au Sud. «Il faut que les autorités règlent ce problème d’insécurité avant de songer à organiser des référendums ou modifier la constitution ».

Mais les manifestants n’ont pas dit leur dernier mot. Ils promettent une nouvelle marche pour le samedi prochain cette fois-ci au monument de l’Indépendance avec une mobilisation plus importante.

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

La société Yattassaye-Fils SARL victime de certains agents véreux et concurrents indélicats

  Depuis quelque temps, des informations diffamatoires sont publiées sur une vraie fausse affaire dite …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils