mercredi 29 juin 2022
Accueil | Santé | LUTTE CONTRE L’INSUFFISANCE RÉNALE : Les acteurs de la santé s’engagent     

LUTTE CONTRE L’INSUFFISANCE RÉNALE : Les acteurs de la santé s’engagent     

 

Le Mali a, dimanche dernier, célébré la journée internationale du rein. Cette maladie menace la vie de la plupart des Maliens avec des effets négatifs. C’est pourquoi à cette occasion, le département en charge de la Santé et du Développement social a sollicité l’effort de tous, notamment les partenaires pour soulager les patients de cette maladie.  

Le Mali à l’instar des autres pays a, le 13 mars dernier, célébré la journée internationale du rein. Chaque année, le monde célèbre la journée afin de tirer les défis et les perspectives contre la maladie. Dimanche, la ministre de la Santé et du Développement social, Diéminatou Sangaré, a donné le coup d’envoi des activités de la semaine nationale du rein et la Journée mondiale du Rein. L’édition 2022 de cette journée est organisée en partenariat avec le JCI (Jeune chambre internationale), le Lions Club, avec la participation de l’Amicale des dialysés du Mali.

Dr. Ibrahima Dembélé apprécie les efforts des autorités de la Transition en faveur des malades souffrant d’insuffisance rénale. La cérémonie a eu lieu le 12 mars dernier à la Maison des Aînés à la faveur de la célébration de la semaine nationale du rein et de la journée mondiale du rein comme ce fut le cas après la mise à la disposition d’une trentaine de générateurs de dialyse et un forage multifonctionnel à l’Hôpital du Point G au profit des dialysés résident de l’Amicale des dialysés du Mali.

Cette année, le thème retenu est « La santé rénale pour tous est une invite pour tous les acteurs à s’impliquer dans le combat déjà engagé ».

Les acteurs de la lutte sollicitent un renforcement des acquis. Les actions concrètes et opportunes du département de la Santé, les conditions de prise en charge des malades du sein se sont considérablement améliorées. En plus des équipements fournis et les visites de soutien de la ministre Diéminatou Sangaré au personnel des unités de prise en charge des malades du rein auront permis de renforcer les acquis.

Dr Dembélé a présenté un certain nombre de propositions d’amélioration. Il s’agit principalement de la création de centres de dialyse dans le district de Bamako surtout sur la rive droite, la délocalisation de la dialyse à l’intérieur tout en tenant compte des régions comme Kayes, Mopti et Gao. Aussi, la nécessité de la transplantation rénale, la formation et le recrutement du personnel soignant et de la maintenance ainsi que la prise en compte de certains soins liés à l’insuffisance rénale par l’AMO entre autres.

Diéminatou Sangaré a, une fois de plus, réitéré l’engagement de l’État à travers le président de la Transition, Assimi Goïta et le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, à renforcer les services d’hémodialyse au Mali. C’est pourquoi, elle a pris bonne note des préoccupations de l’Amicale des dialysés du Mali.

La ministre de la Santé et du Développement social reconnaitra que l’insuffisance rénale est une maladie dangereuse et difficile à traiter. À ce titre, elle ajoutera que chacun doit jouer sa partition. Partenaires de nobles causes, la Jeune chambre internationale et le Lions Club ont bien voulu accompagner l’ADM dans son combat quotidien.

À titre de rappel, comme des années passées, la semaine nationale et la journée internationale du rein se pointent au moment où la maladie à Coronavirus reste un fardeau pour les autorités du pays. Car, la ministre souligne qu’à un certain moment donné 0 cas ne signifie pas la disparition de la maladie.

À cet effet, elle encourage la vaccination et le respect strict des mesures barrières sous toutes ses formes édictées par les autorités sanitaires. Elle continue également sa politique de communication, de sensibilisation, et aussi la pourchasse pour mettre un terme à la maladie qui a évidemment touché l’économie malienne. Ajoutons également que la journée du rein intervient au moment où la rougeole menace le pays dans plusieurs centres de santé. Plus de 200 personnes sont touchées par la maladie. Les enfants de 0 à 59 mois sont fortement ciblés. C’est pourquoi la ministre Sangaré sur sa page YouTube prône la vaccination des enfants et sollicite certaines pratiques après avoir constaté les symptômes de la maladie : les yeux enflammés, la tâche sur la peau, la toux, etc.

Lassana SOW   LE COMBAT

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

HÔPITAL DE TOMBOUCTOU: La négligence  de certains agents mise à nu  

  Certains porteurs de blouse de l’hôpital de Tombouctou s’adonnent à une scène d’animation digne …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils