jeudi 17 octobre 2019
Accueil | Education | Lettre ouverte à Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Lettre ouverte à Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Par la présente, nous vous suggérons un plan d’étude au sujet d’un domaine aussi varié et important, qui ne cesse jamais de développer le niveau des connaissances : la création d’un Observatoire Astronomique Africain et l’Enseignement des Sciences de l’Espace et de l’Univers à l’Université du Mali
Dans le but du développement de la culture scientifique spatiale, il serait urgent d’aller vers une technologie de pointe pour faire de l’Afrique, des états émergents, les énergies renouvelables. Après le gaz, le charbon, le pétrole ou de la centrale hydroélectrique, l’avenir se tourne désormais vers l’éolienne alimenté par le vent ou de l’hydrogène et l’énergie solaire par le soleil.
La recherche, oui comme vous l’évoquiez à juste titre lors de la cérémonie d’ouverture de la Société Malienne pour les Sciences Appliquées (M S A S), que vous avez présidé au C I C B. Les chercheurs et autres scientifiques seront très ravis de voir la création d’une académie des sciences à l’université et dans un avenir très proche.
L’éducation et la science doivent être des priorités pour le Mali car l’acquisition du savoir, de la recherche et de son utilisation correcte ont permis à certaines nations, d’aller au vrai développement économique durable, et de résoudre leur problème de chômage.
Dans de nombreux pays Africains le système éducatif n’est pas en état de relever les défis, car les méthodes et les programmes d’enseignements ne correspondent pas du tout aux besoins actuels de beaucoup de pays africains.
Le Mali manque cruellement de la recherche technologique ; c’est pourquoi il serait très urgent de créer une Fondation Africaine pour la Recherche avec des unités de recherche dans tous les domaines à travers les INRSP (Instituts Nationaux de Recherche en Santé Publique) pour la Médecine et les Centres Nationaux pour les Recherches Scientifiques et Technologiques (C N R S T) .
A l’Université du Mali, il doit y avoir entre autres la création d’un Observatoire astronomique africain qui doit être installé sur les collines du savoir, un enseignement des sciences de l’Espace et de l’Univers sachant que cette étude commence par le noyau de la terre jusqu’aux confins de l’univers connu. En partenariat avec l’Observatoire Midi-Pyrénées de l’Université Paul Sabatier à Toulouse en France. De l’Astrophysicien François René Querci et du Directeur Bernard Dupré, l’enseignement d’Astrophysique avec des Télescopes pour des travaux pratiques, l’envoi des meilleurs étudiants en France ou en Amérique pour faire une thèse en PHD en collaboration avec d’autres Institutions Scientifiques. Ex : le WGSSA, le Groupe de Travail Africain pour les Sciences de l’Espace basé en Afrique du Sud, les Sciences de la terre (Géosciences) et de l’Univers.
Le Mali regorge d’immenses ressources géologiques comme le pétrole, l’or, le fer, la bauxite, le manganèse etc. Il est urgent d’exploiter ces ressources et d’en faire le moteur du développement socio-économique durable, la géologie suscite plus que jamais l’intérêt des décideurs et responsables politiques.
Seuls le Nigéria, le Cameroun, l’Egypte, le Maroc et surtout l’Afrique du Sud possèdent de grandes universités avec des Facultés de Géologies et d’autres institutions géo scientifiques.
Madame la Ministre, permettez-moi de vous signaler l’intérêt croissant dont les Sciences de l’Espace font l’objet ici au Mali surtout dans les milieux universitaires.
Le Mali des grands empires a l’obligation de développer la recherche technologique surtout qu’il a connu des fils ingénieux, des fuites de cerveau tels que le Dr Madiassa Maguiraga(NASA), Professeur Diola Bagayoko ou de l’ancien Premier Ministre Docteur Cheick Modibo Diarra du JPL (Jet Propulsion Laboratory) astrophysicien, docteur en mathématique et en Mécanique aéro- Spatiale, Navigateur interplanétaire etc. A côté de ces éminentes personnalités, nous avons aussi des spécialistes du ciel, de la Géodésie Spatiale à l’E N I, le Professeur Tiémoko Sangaré qui gère actuellement le ministère des Mines, ou du Professeur Mamadou Iam Diallo ancien Directeur du C N R ST -Mali spécialiste de l’Atmosphère et d’autres.
Il suffit de créer un inventaire de potentiel humain dans toutes les Facultés réunies afin de voir les stratégies qui peuvent réaliser ce très grand projet ambitieux et pourra véritablement renforcer les capacités de l’académie des sciences au Mali.
Dans un futur proche, notre sous-région pourra lancer son propre satellite d’investigation, d’exploration planétaire de communication, de la télédétection, ou d’autres exploits météorologiques.
Madame le Ministre, tout en reconnaissant les énormes potentialités que vous regorgez, je ne doute point que ces propositions faites seront analysées et utilisées à bon escient.
Respectueusement votre,
Par Ansoumane dit KaramokoCisse
Homme Politique
Tel : 98-05-07-46

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Fin du franc CFA : un pari risqué ?

  La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a annoncé, le 29 juin, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils