dimanche 3 juillet 2022
Accueil | Politique | Les cadres du RPM sonnent la mobilisation pour le Oui à la révision constitutionnelle

Les cadres du RPM sonnent la mobilisation pour le Oui à la révision constitutionnelle

A l’allure d’un meeting, plusieurs cadres du RPM étaient le mardi 11 juillet 2017 face à la Presse pour sonner la mobilisation en faveur du Oui à la révision constitutionnelle. Pour l’occasion, plusieurs ministres et responsables politiques ont fait le déplacement au siège du Patronat malien, lieu de la rencontre. Il s’agissait, entre autres, du ministre Baber Gano, Secrétaire général du RPM, des ministres Hamadoun Konaté, Abdramane Sylla, N’Diaye Ramatoulaye Diallo, Mohamed Ag Erlaf, Arouna Touré, Amadou Koita, de Soumeylou Boubèye Maïga, Secrétaire général et président de l’ASMA, de Boubacar Touré le Chef de cabinet ainsi que plusieurs autres cadres politiques, des députés et autres élus. Dans son exposé, Me Gano a fait l’historique de la crise qui est survenue au Mali depuis 2012 et toutes les initiatives prises par les autorités en vue d’y faire face avec l’ensemble du peuple malien. Le secrétaire général du RPM a justifié l’initiative de la révision constitutionnelle dans le but d’honorer les engagements internationaux et souverains du Mali avec la matérialisation de la régionalisation et la création du Sénat et de la Cour des Comptes. Il n’a pas manqué de qualifier les agissements de l’opposition «de dérives par diffamation, par présomption, d’intoxication de l’opinion en investissant la société civile, les milieux religieux à Djenné, à Nioro en passant par Bamako ainsi que les jeunes utilisés comme boucliers de réseaux sociaux». Face à cela et s’adressant aux militants RPM et alliées, Me Gano dira que «le devoir de réserve est terminé. Mobilisez-vous, organisez-vous pour les affronter partout, sur tous les plateaux. Je serai moi-même le chef de file». Il soulignera que l’opposition est aujourd’hui, est dans une logique d’insurrection. «A toutes ses sorties, elle défie l’autorité de l’Etat. Elle ne veut même pas se conformer à la décision de la Cour constitutionnelle qui a tranché. C’est grave parce que c’est anticonstitutionnel. Cela ne peut plus continuer. L’Etat va s’affirmer et prendra toutes ses responsabilités». Après cette rencontre avec la Presse, le RPM et ses alliés entrent ainsi dans la danse du référendum avec des meetings décentralisés dans toutes les communes du District de Bamako, à l’intérieur et à l’extérieur du pays.
lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

MASSACRE DES CIVILS À DIALLASSAGOU: La Minusma ouvre une enquête  

  La Minusma vient de déployer une mission d’établissement des faits au village du Diallassagou …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils