lundi 14 juin 2021
Accueil | Politique | L’enquête sur l’Affaire « Air Cocaïne » : Un Echec Délibéré

L’enquête sur l’Affaire « Air Cocaïne » : Un Echec Délibéré

L’affaire « Air Cocaïne » n’a pas cessé de faire couler de l’encre. La Direction Générale de la Sûreté de l’État (DGSE), est le service de renseignement malien. Soumeylou Boubeye Maiga, actuellement Secrétaire général à la présidence, était son ancien chef.
Le 12 Janvier 2010, il rencontra des conseillers de l’ambassade américaine à Bamako. Il leur donna des copies de documents provenant des autorités de l’aviation civile de l’Arabie Saoudite et de la Guinée-Bissau. Ces documents contenaient des informations sur le Boeing 727 trouvé près de la ville de Tarkint dans le nord du Mali au début de novembre 2009. L’avion provenait du Venezuela avec à bord plusieurs tonnes de drogue. Les trafiquants le vidèrent de son contenu avant de le détruire.
Le premier document présenté par M. Maiga était un certificat de navigabilité délivré par l’Autorité Générale de l’Aviation Civile de l’Arabie Saoudite. Le document identifia l’appareil comme un Boeing B727-200 classifié comme un avion de transport avec l’immatriculation HZ-SNE. Le certificat fut délivré le 12 Novembre 2008 par les autorités saoudiennes. Il expira le 11 Mars 2009.

Les autres documents étaient des lettres provenant de l’Agence de l’Aviation Civile de la Guinée-Bissau (AACGB). Une lettre était adressée à M. Ibrahima Gueye, identifié comme le Directeur de Africa Air Assistance (AAA). AAA est une filiale sénégalaise de la société Malaga basée en Espagne. Il opère comme agent pour les grandes entreprises d’entretien et de sécurité aérienne dans le monde. La lettre informa M. Gueye que le Boeing B727-200F avec immatriculation J5-GCU de la Guinée-Bissau n’était plus en état de navigabilité, et demanda des informations pouvant les aider à le repérer. La lettre était datée du 5 Novembre 2009.

Le Boeing arriva au Sénégal en provenance de l’Arabie Saoudite. C’est avec l’aide de AAA que les documents de l’avion ont été falsifiés permettant ainsi l’obtention d’une nouvelle immatriculation et d’un certificat de navigabilité en Guinée-Bissau. Une fois le nouveau certificat et immatriculation obtenus, l’appareil s’envola vers le Venezuela.

AACGB contacta ses homologues de l’aviation civile du Nigeria et du Venezuela les informant que l’avion volait sous un contrat de location signé au Venezuela avec un équipage nigérian. Dans les lettres, AACGB demanda que les autorités de l’aviation civile nigériane et vénézuélienne interdisent le vol du Boeing. AACGB a aussi averti l’Agence Nationale de l’Aviation Civile du Mali (ANAC). Dans cette lettre, AACGB informa ANAC que le Boeing effectuait plusieurs vols entre la Colombie et le Mali. L’Agence demanda à l’ANAC de clouer l’appareil au sol puisque son certificat de navigabilité n’était plus valide.
Les autorités bissau-guinéennes suspectaient que l’appareil transportait de la drogue vers l’Afrique de l’Ouest, et au Mali en particulier. Dans son dernier vol, l’avion avait été repéré par les radars Marocains. Si plusieurs pays étaient au courant de ces vols vers le Mali, il est bien possible que les autorités maliennes étaient aussi au courant. Dans son investigation, le gouvernement malien a fait preuve de nonchalance et de négligence. Après la destruction de l’appareil dans le désert, l’équipage nigérian rejoignit Bamako où ils s’envolèrent chez eux sous l’œil des autorités maliennes.

Le 25 Novembre 2009, lors d’une réunion avec un responsable politique américain, le directeur adjoint de l’ANAC, Issa Saley Maiga, déclara que, son agence avait la compétence juridique d’enquêter sur les accidents d’aviation. Mais il n’a reçu l’autorisation d’enquêter que le 24 novembre, 3 à 4 semaines après la découverte des débris. Selon lui, jusqu’en fin novembre, la DGSE, était exclusivement en charge de l’enquête. Aucune autre agence ne pouvait faire quoi que ce soit, même la Brigade d’Investigation Judiciaire était exclue. Le gouvernement malien avait aussi refusé de coopérer avec l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC). Cyriaque Sobtafo, Représentant régional adjoint de l’ONUDC dit que le gouvernement malien n’avait partagé aucune information sur l’affaire avec l’Office.

L’opacité autour de l’enquête « Air Cocaïne » suscite beaucoup de questions et de spéculations. Néanmoins, une telle opération de trafic de drogue peut se faire difficilement sans la complicité implicite ou explicite des hauts responsables du gouvernement. Aujourd’hui, ce laxisme a fait du Mali l’une des plaques tournantes dans l’acheminement de la drogue vers l’Europe et le Moyen Orient.
Amadou O. Wane
Collaborateur externe,
Floride, Etats-Unis
Email : amadou@amadouwane.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

PRIMATURE: Dr Choguel Kollala Maïga confirmé dans le fauteuil tant convoité

Comme annoncé depuis le 24 mai 2021, suite à l’arrestation du président Bah N’Daw et …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils