mercredi 29 juin 2022
Accueil | Economies | LA SAISON AGRICOLE FORTEMENT MENACEE PAR LA CRISE: Que faut-il faire pour la sauver ?

LA SAISON AGRICOLE FORTEMENT MENACEE PAR LA CRISE: Que faut-il faire pour la sauver ?

 

Le Mali étant un pays agro-sylvo- pastoral, consacre beaucoup d’efforts financiers pour rehausser le niveau du rendement, mais cette année, à cause de la crise il y a véritablement péril en la demeure. L’agriculture concernant une frange importante des ruraux est sans nul doute la principale activité économique et surtout le premier vecteur du développement du pays. Notre pays connait cette année une insécurité alimentaire plus grave que les années précédentes et plusieurs localités y souffrent déjà. Etranglé par un double embargo depuis janvier dernier, l’économie malienne se dégrade de jour en jour. La pénurie d’engrais ajoutée à la flambée des prix des denrées de première nécessité, impactera négativement sur la saison agricole qui connaitra beaucoup plus difficile cette année. Et pour cause, le retard inexpliqué de commande d’engrains par les autorités. La question que  l’on est en droit de poser est quelles sont les conséquences de cette pénurie d’engrains ?

En effet, l’économie malienne est reposée sur le secteur agricole, qui occupe 50% de la population active. Cependant depuis quelques années ce secteur devient de plus en plus faible par faute de moyen financier et des matériels adéquats pour le bon fonctionnement. Pays agricole de premier rang, l’agriculture est dans une phase dangereuse, ce manque d’engrains inquiète les paysans qui n’ont rien à mettre sous leur dent. Pour rappel, depuis l’an passé beaucoup de localités vivent une insécurité alimentaire, qui  est non seulement  due à la mauvaise récolte elle-même consécutive au manque de pluie abondante, mais aussi et surtout à l’insécurité empêchant les paysans de vaquer à leurs activités. En effet, Secoué par une crise multidimensionnelle ébranlé par les sanctions économiques et financières, victime collatérale de la guerre russo-ukrainienne le Mali aura de la peine à  combler l’abyssal trou dû à ces différentes crises aux conséquences désastreuses. En effet, tout porte à croire qu’il y aura pénurie d’engrains ce qui aura comme conséquences le faible rendement agricole et entrainera infailliblement la famine dans le pays. Ce qui est rare étant cher il faudrait s’attendre à une flambée inhumaine et exorbitante de prix des denrées de première nécessité.

Le gouvernement malien a véritablement du pain sur la planche. En brouille avec ses partenaires traditionnels, il a eu l’intelligence de se tourner vers la Russie qui semble s’engager aux côtés du Mali pour résorber son déficit tant en termes d’hydrocarbure qu’à celui d’engrais et même du blé, trois produits indispensables qui entrent dans la consommation au quotidien des maliens. Ainsi afin d’éviter le scénario catastrophe et sauver la saison agricole, les autorités doivent mettre un peu d’eau dans leur « Gnamakou Dji » pour mettre un terme à ces sanctions qui pèsent lourdement sur la population.

En somme, Il serait préférable que le gouvernement joue à l’apaisement avec ses partenaires à commencer par les Etats de la CEDEAO et tous les autres afin qu’il puisse avoir une quantité suffisante d’engrais, mais aussi et surtout d’autres produits de grande consommation comme les hydrocarbures et les produits d’alimentation. Face à une crise sociale aiguë le salut du gouvernement ne pourrait venir que de sa capacité d’anticipation et sa promptitude.

Oumou SISSOKO L’ALTERNANCE

 

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

LA CYBERSÉCURITÉ EN AFRIQUE : UN ENJEU DE COOPÉRATION ENTRE LES ETATS

  « Journée de l’Afrique » et date anniversaire de la signature du RGPD (Règlement Général sur …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils