jeudi 17 octobre 2019
Accueil | Santé | INSUFFISANCE RENALE : Un «tueur silencieux» qui fait ravage au Mali

INSUFFISANCE RENALE : Un «tueur silencieux» qui fait ravage au Mali

 

Les cas d’insuffisance rénale sont de plus en plus fréquents dans nos établissements sanitaires, selon les témoignages de beaucoup de médecins. Et malheureusement, le diagnostic arrive souvent trop tard dans un pays où la dialyse n’est pas accessible à la majorité des malades à plus forte raison une greffe de reins.

 

«L’insuffisance rénale est en train de devenir un tueur silencieux qui fait un véritable ravage au Mali. Nous recevons beaucoup de malades en provenance des sites d’orpaillages. Malheureusement, quand ils arrivent, il n’y généralement plus rien à faire parce qu’ils sont en phase terminale» !

C’est ce que nous a confié récemment un néphrologue. Le spécialiste lie cette inquiétante recrudescence à l’alimentation (cubes d’assaisonnement, engrais et pesticides dans les aliments…) et aussi à une hausse du diabète et des maladies cardiovasculaires. Les reins sont deux organes en forme de haricot (12 cm de long environ), chacun ayant la taille d’un poing, situés juste en dessous de la cage thoracique de chaque côté de la colonne vertébrale.

Chaque jour, les reins filtrent plusieurs litres d’urine, les déchets et l’excès de liquide afin d’empêcher l’accumulation de déchets dans le corps. Ils maintiennent les niveaux d’électrolyte stables et produisent des hormones qui aident à réguler la pression artérielle, produisent des globules rouges et maintiennent la solidité des os. Des reins en bonne santé sont essentiels au bon fonctionnement de tout le corps. Les dommages aux reins peuvent souvent passer inaperçus, il est donc important de prendre des mesures préventives pour assurer la santé de vos reins.

L’insuffisance rénale désigne à la fois une diminution de la fonction rénale et la maladie rénale (néphropathie), quand la fonction rénale est sévèrement altérée. L’insuffisance rénale est dite «aiguë» si le dysfonctionnement des reins est transitoire et réversible. Et elle est dite «chronique» quand la maladie rénale en cause est irréversible, sans possibilité de guérison.

L’insuffisance rénale est d’évolution progressive et longtemps silencieuse. Elle apparaît lorsque la capacité de filtration du sang par les reins devient insuffisante : les déchets et les liquides s’accumulent alors dans l’organisme.

 

La fonction rénale supplantée par une dialyse ou une transplantation rénale

Le processus de fonctionnement de ces organes vitaux est normalement très efficace. Ainsi, tout le sang du corps humain est filtré par les reins en 30 minutes et les reins filtreraient au total 170 litres de sang par jour. En dehors de cette épuration du sang, les reins servent aussi à maintenir la pression artérielle grâce à la sécrétion d’une protéine appelée la «rénine», à équilibrer le milieu intérieur pour le bon fonctionnement des organes et des muscles, à rendre la vitamine D plus active (un alpha-hydroxylation) et à produire une substance appelée «érythropoïétine» qui est indispensable à la fabrication des globules rouges par la moelle osseuse.

Si la dysfonction est importante, mais pas complète, la maladie peut être stabilisée. Si l’insuffisance rénale est majeure, la fonction rénale peut être supplantée par une dialyse ou une transplantation rénale. La dialyse permet de filtrer le sang dans un circuit dérivé, avec un filtre extérieur à l’organisme.

La maladie rénale est généralement irréversible, sans possibilité de guérison. Son évolution naturelle est plus ou moins lente, pouvant aller jusqu’à la perte totale de la fonction rénale. On parle alors «d’insuffisance rénale terminale», nécessitant un traitement de suppléance par dialyse et/ou greffe de rein. Il existe cinq stades de la maladie jusqu’au stade terminal auquel la capacité de filtration est inférieure à 15 % de la normale pour l’ensemble des reins.

Le risque d’évolution vers le stade terminal est faible si l’insuffisance rénale est dépistée à temps. Ainsi, l’insuffisance rénale chronique terminale est plutôt rare car elle ne touche qu’une personne sur 1000. La maladie est rare avant 45 ans mais sa fréquence augmente avec l’âge, notamment après 65 ans. Elle devrait encore augmenter dans les années qui viennent en raison du vieillissement de la population et de l’augmentation du diabète, deux causes majeures d’insuffisance rénale. Une autre raison de l’augmentation de sa fréquence est liée à l’amélioration de la survie des malades transplantés et dialysés.

Moussa Bolly LE MATIN 

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

CHU DU POINT-G : Les proches du Cherif  Ousmane Madani défient les règles au nom de la religion

  Le Mardi 17 septembre 2019, un chauffeur du guide d’Ançardine, le Chérif Ousmane Madani …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils