jeudi 29 octobre 2020
Accueil | Société | Insécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali:Plus de 255 mille personnes touchées et 6 cent mille autres en période de soudure

Insécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali:Plus de 255 mille personnes touchées et 6 cent mille autres en période de soudure

255.000 personnes sont couramment confrontées au déficit alimentaire et plus de 600.000 autres sont touchées pendant les périodes de soudures au Mali. Cette information a été donnée hier mardi par le Commissariat de la Sécurité alimentaire. C’était au cours de la session de partage des résultats définitifs de la situation alimentaire et nutritionnelle issus du cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations pour la campagne agricole 2016-2017. La rencontre a eu lieu à l’Hôtel Massaley de Bamako.

 

Cette rencontre des Spécialistes de la question de sécurité alimentaire et nutritionnelle fait suite à une réunion technique qui a lieu la semaine dernière sur la même question. Après ces travaux, les résultats ont permis d’identifier un certain nombre de couches sociales qui sont dans une situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle très précaire. Selon les chiffres fournis par le Commissariat à la Sécurité alimentaire, 255.000 personnes sont couramment confrontées au déficit alimentaire et plus de 600.000 autres y sont touchées pendant les périodes des soudures dans ce pays. Ces données concernent la campagne agricole 2016-2017.

Malgré ces chiffres, les acteurs de la sécurité alimentaire n’ont pas manqué de rassurer les populations. Parce que, selon le Coordinateur national du système d’alerte précoce, Mamby Coulibaly, la situation est désormais connue. «Avant que le mal n’arrive on est là pour le déceler à la base et on le dit à qui de droit pour intervenir à temps opportun afin que les populations ne subissent pas les séquelles de la famine», dit le Coordinateur du système.

Donc, des appuis multiformes sont engagés. Il y aura non seulement l’assistance alimentaire pour les couches sociales les plus vulnérables mais aussi toutes les actions de renforcement de la résilience comme, par exemple, les appuis par rapport à l’élevage. Le pays a aussi un dispositif de stock appelé le stock national de sécurité alimentaire qui dispose d’à peu près 15.000 à 16.000 tonnes de céréales qui sont disponibles au niveau de l’OPAM. En cas de nécessité alimentaire, c’est dans ce grenier national que l’on puisera pour aider urgemment les populations en difficulté. En outre, les partenaires aussi interviennent souvent tels que le PAM et les ONG œuvrant dans le domaine.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Emploi et formation professionnelle : le ministre Mohamed Salia Touré à pied d’œuvre 

Le département de la formation professionnelle et de l’emploi est le ministère névralgique dans la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils