mardi 26 octobre 2021
Accueil | Société | Insécurité alimentaire 2018 : Plus de 4 millions de personnes menacées au Mali

Insécurité alimentaire 2018 : Plus de 4 millions de personnes menacées au Mali

 L’aide humanitaire reste toujours préoccupante au Mali. Selon  l’organisation de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), au Mali la dégradation du besoin humanitaire est due à la situation sécuritaire qui sévit dans le Nord et le Centre du pays. L’insécurité sur les principaux axes routiers entrave la circulation des personnes et des biens, l’accès des populations aux services sociaux de base ainsi que l’accès des Humanitaires aux populations vulnérables. Dans le Rapport d’OCHA sur le contexte humanitaire au Mali, il est estimé que 4.095.000 personnes auront besoin d’une ou plusieurs formes d’assistance humanitaire en 2018 contre 3,7 millions en 2017.

L’insécurité alimentaire touchera plus de 22% de la population malienne en 2018 contre 19% en 2017. Soit 4,1 millions de personnes en phase 2 et au-delà. Cela représente une hausse, notamment, pour les phases de crise et d’urgence2, avec près de 800.000 personnes contre 600.000 en 2017. La moitié de ces personnes sont des femmes ayant un besoin urgent d’assistance au plan alimentaire et agricole durant la période des soudures de l’année 2018.

En plus de l’insécurité alimentaire selon OCHA, l’accès inadéquat aux services de santé et à l’eau potable, à l’hygiène, à l’assainissement et à la malnutrition est un problème majeur de santé publique.

Dans le domaine des besoins d’ordre sanitaire, l’enquête nutritionnelle SMART de 2017 du Rapport estime à 1,7 million le nombre de personnes vulnérables ayant des besoins sanitaires urgents, dont plus de 936.850 enfants âgés de 5 à 17 ans. Au total, ce sont 753.000 enfants âgés de 6 à 59 mois et 115.000 femmes enceintes et allaitantes qui seront vulnérables à la malnutrition en 2018.

Selon l’Index de risque INFORM1, les Régions de Kidal, Gao, Tombouctou, Mopti et Ségou seraient fortement menacées en 2018. Dans même le Rapport, il ressort que les indices par Région vont de 6 à 6,9 sur 10. « Ces Régions sont extrêmement vulnérables en matière  de capacités d’adaptation et d’exposition aux dangers », dit le document.

Le Mali est classé 175e  pays sur 188 au classement mondial de l’Indice de Développement Humain avec une pauvreté chronique sérieuse rendant vulnérable une bonne partie de la population. Une vulnérabilité qui serait causée par, entre autres, la difficulté rencontrée autour de l’installation des autorités intérimaires dans certaines Régions du Nord, la mise en place des Mécanismes Opérationnels de Coordination (MOC) et le processus de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR).

Depuis la signature de l’Accord d’Alger à nos jours, seulement 35% de l’Administration et des services sociaux de base auraient été redéployés dans les zones affectées. Ainsi, la faible présence de l’État dans les cinq Régions du Nord et au Centre du pays est un autre élément clé de la fragilité de ces zones.

Concernant le suivi des violations des Droits des enfants, le Rapport fait part de 361 cas très graves enregistrés dans le cadre du Monitoring and Reporting Mechanism (MRM) de janvier à juin 2017 et des milliers d’enfants restent privés du droit d’accès à l’éducation en raison de la crise. Et sur ces 361 cas, 191 cas de recrutements par les groupes armés ont été rapportés.

Ainsi, la condition des filles, des femmes et des jeunes exposés aux fréquents cas de violences sexuelles et d’enrôlement par les groupes armés demeure aussi préoccupante.

Adama A. Haïdar: LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Prise de court par le temps dans la construction du viaduc de Yirimadio: L’entreprise Razel encore à la recherche d’un bouc émissaire    

  Malgré les mises en garde du ministredes Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko, …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils