mardi 18 mai 2021
Accueil | Société | Hold-up en plein cœur de Bamako : Un gang armé a fait parler la poudre

Hold-up en plein cœur de Bamako : Un gang armé a fait parler la poudre

Un groupe composé de trois hommes lourdement armés a réussi à dévaliser un client de la Banque Ecobank à la sortie de cet établissement financier où il venait de faire un retrait.

Il sonnait environ 12h 45m, lorsque cette triste scène d’insécurité se produisait contre toute attente aux alentours de l’INPS contigu au nouveau siège d’Ecobank Mali. Des coups de feu ont retenti.  Aucune mort n’est, certes, à déplorer (du moins au moment où nous mettions sous presse) mais l’Hôpital Gabriel Touré a accueilli la victime du braquage, blessée aux pieds par trois balles. L’homme, la trentaine révolue, venait, quelques minutes auparavant, de sortir d’un guichet du siège d’Ecobank, muni d’un sac bien bourré de liasses de billets de Banque.

Sommé par les trois bandits armés venus sur les lieux à bord d’un véhicule de marque Avensis avec plaque d’immatriculation «U 2950… », selon les témoins, de rendre sa mallette, l’homme s’obstina. Les assaillant, s’étant rendus compte  que leur proie est décidée à ne pas s’offrir sous la persuasion verbale, se sont résolus à faire usage de la force. C’est alors qu’ils dégainent leurs kalachnikovs pour ouvrir le feu. Si les premiers coups tirés sont orientés sur les jambes de l’infortuné, histoire de l’immobiliser pour ensuite le dépouiller de son bien, les seconds ont été ceux de sommation dans les airs destinés à dissuader les rares éléments des forces de l’ordre postés dans les parages. C’est ainsi que le butin dont on ignore, pour l’instant, la valeur exacte, a été emporté dans la nature à la suite d’une scène qui s’apparente fort à un véritable film western. La voiture Avensis à bord de laquelle se trouvaient les malfrats s’est bizarrement éclipsée dans les dédales de Bamako. Cela, sans la moindre course-poursuite.

Trop facile ! Est-on tenté de s’exclamer quand on connaît les embouteillages habituels qui caractérisent pourtant le centre ville de Bamako ; surtout en ces heures de la mi-journée. Les témoins que nous avons approchés se sont en tous cas indignés de l’inaction aussi bien des policiers plantés pour la sécurité de la Banque que ceux en charge de la régulation de la circulation, eux-aussi restés passifs sous leur hangar CCR de tout près. Cela, malgré les détonations et tirs nourris.

De là, ne doit-on pas se demander s’il n’y aurait pas eu quelque part d’actes de complicité entre les agresseurs et ces hommes en treillis ? Dieu seul sait. Mais, pour l’heure, l’insécurité que l’on croyait loin de notre capitale après les évènements de ‘’La Terrasse’’ et de Radisson Blu, n’épargne pas pour autant les milieux d’argent. Sanankoroba hier pour des recettes de péage, Bamako aujourd’hui sur un paisible citoyen à cause de son opération bancaire, il y a de quoi tirer la sonnette d’alarme du côté du Département du Général Salif Traoré. 

Katito WADADA : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Manque de confiance entre populations et politiques: Quelles en sont les raisons ?

L’incrédibilité des politiques maliens telle semble être la réalité. Pourquoi ? Cette dégradation des mœurs …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils