mardi 18 janvier 2022
Accueil | Société | Gouvernement de transition : Premier essai pour Moctar Ouane et son équipe ! 

Gouvernement de transition : Premier essai pour Moctar Ouane et son équipe ! 

À peine mise en place, le gouvernement de Moctar doit faire face à son premier test de grogne social qui prend forme peu à peu à différent niveau dans le pays. Tout ceci arrive peu après la libération de l’ex-député de Niafunké. Un premier essai qui doit être une réussite pour éviter l’échec à la  transition durement mise en place.

 

‘’A dabôra toukouni’’! Les administrateurs civils qui avaient sursoir  leur mot d’ordre de grève auparavant, à l’aune de la transition, reviennent à la charge. Cette fois-ci, pas d’excuses de la part de qui que soit, mais plutôt d’obtenir la libération des certains de leurs collaborateurs aux mains des présumés djihadistes. Il décide de marcher à travers Bamako jusqu’à la satisfaction de leur revendication. Et ils ne sont pas les seuls, les Syndicats libres de l’Enseignement Supérieur aussi se préparent pour déclencher une grève de 72 heures à partir de ce mercredi.  Et tout ceci arrive juste après la libération de Soumaila Cissé qui était en captivité de six mois, dont sa libération a fait la joie de tout un peuple. Ce scénario nous fait penser à un certain régime ou dès son investiture à peine, il faisait à des mouvements de front social. Ceci dit, on se demande si l’équipe de Moctar Ouane est prête pour faire face à ce nouveau vent qui souffle en aire. Déjà que des ministres de son gouvernement seraient cités dans des dossiers très compromettants. Il ne faut pas aussi oublier le problème que vit actuellement le CNPM; deux têtes se partagent la présidence de cette institution au moment, Mamadou Sinsy Coulibaly le président sortant et Didier dit  Amadou  Sangaré. Ce gouvernement de transition est-il au bord d’un bateau qui commence à lutter contre la vague de mer qui la secousse vers le bâbord?  On ne souhaite pas un échec à ce nouveau gouvernement de transition, sinon, le coup d’État survenu le 18 août n’aura finalement servi à rien. Ce changement que tout le monde demande n’est pas encore arrivé avec ce problème social qui commence à  se dessiner à l’horizon. Quant au M5, va-t-il jouer son rôle qui est de remparer? Difficile, étant donné que la rupture avec la junte qui est au pouvoir est consommée. S’il reste comme spectateur, leur effort de changement serait un enfant mort-né?  Pour le moment, les dés sont lancés et on attend les solutions que pourra proposer le gouvernement pour éteindre ce feu. Finalement, devra-t-on donner raison aux jeunes rappeurs qui disent « au Mali, il n’y aura pas de changement, c’est la pousse toi que je m’assois» ? En tout cas, on est curieux de voir la suite.

À suivre

Lansine Coulibaly

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

RECOMMANDATION DE 5 ANS DE TRANSITION: Un front en gestation contre le projet  

  Après les Assises nationales de la Refondation qui ont été tenues quasiment sur toute …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils