mercredi 8 décembre 2021
Accueil | Société | Gestion des frontières maliennes : Une nouvelle donne politique en perspective

Gestion des frontières maliennes : Une nouvelle donne politique en perspective

Face au phénomène d’insécurité transfrontalier, à la problématique d’migration et aux attaques tous azimuts, les autorités compétentes viennent d’opter pour de nouvelles mesures qui s’imposent pour garantir l’intégrité du territoire national, la sécurité des personnes et des biens.

Décidément, au Mali, à l’instar des autres Etats africains, la question relative à la porosité des frontières s’invite au centre des vives préoccupations des autorités transfrontalières.

En effet, depuis 2014, le Ministère malien de l’Administration territoriale, à travers la Direction des frontières et services d’immigration, a engagé un processus de relecture de la politique nationale des frontières (PNP) conçue depuis 2000. Depuis lors, des actions sont en cours pour harmoniser l’approche gestion des frontières face à la porosité de celles-ci. Cette relecture sera suivie par l’élaboration d’un plan d’actions devant être axé concrètement sur la matérialisation des limites traçages légués par la colonisation.

Certes, beaucoup de chemins ont été parcourus. Mais, force est d’admettre que de nouveaux sacrifices doivent être consentis. Et, c’est dans cette perspective qu’un atelier de trois jours vient de se tenir ici à Bamako. Du 18 au 20 octobre 2016, des Experts et Spécialistes venus de tous les services compétents et du Département de tutelle ont été réunis en atelier pour enrichir et valider les résultats du processus de relecture de la PNF du Mali. C’est le Palais de la Culture Amadou Hampathé Bah qui a servi de cadre de ces journées. Les travaux ont été dirigés officiellement par le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, AllayeTessougué entouré du Maire de la Commune V et des Représentants de la MINUSMA ; des Ambassades du Japon et de l’Allemagne ; de l’OIM et de l’EUCAP sahel .C’est dire que le Mali n’est pas seul face à la nécessité de reformer sa politique des frontières pour relever des défis qui sont immenses.

«Le Mali partage 7000 km de frontières avec ses sept pays voisins. Ces frontières seraient mises au-devant de la scène vu la multiplicité des problèmes », souligne le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale, AllayeTessougué.

En effet, cette situation nécessite la relecture de la PNF afin de mieux pouvoir faire face aux problèmes frontaliers. Ce, en mettant à la disposition des services compétents un outil efficace, tous les moyens nécessaires au plan juridique, diplomatique, sécuritaire, constitutionnel, technique et financier.

L’atelier a mobilisé 150 participants venus de tous les secteurs concernés (institutions de la République, départements ministériels, structures nationales spécialisées, Gouvernorats de Régions, élus locaux, directions nationales et services régionaux, organisations de la société civile, etc.).

A travers le GIZ, le Représentant de l’Ambassade allemande a annoncé que son pays contribue à plus de 100 millions de francs CFA dans cette relecture. Pour lui, depuis 2014, beaucoup de sacrifices ont été consentis et des résultats encourageants ont été enregistrés. Ce qui dénote d’office qu’une nouvelle donne politique est en perspective.

Habib Diallo : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Flambée des prix des denrées alimentaires: Une réalité qui fait la chronique malgré les efforts de l’État   

    D’IBK à Bah N’Daw et jusqu’à Assimi Goïta, les consommateurs souffrent toujours de …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils