jeudi 2 décembre 2021
Accueil | Société | Gestion des affaires : Quand Nampala et Boni emportent le Ministre Tiéman H. Coulibaly

Gestion des affaires : Quand Nampala et Boni emportent le Ministre Tiéman H. Coulibaly

Le Ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, a fini par faire les frais des attaques djihadistes à répétition auxquelles les forces armées maliennes sont confrontées ces derniers temps. Il a été limogé, le samedi dernier, par un décret présidentiel qui fait d’Idrissa Maïga, précédemment Ministre de l’Administration territoriale, son successeur. Ce léger réaménagement du Gouvernement ajoute le portefeuille de l’Administration territoriale à celui de la Décentralisation que détient Mohamed Ag Erlaf.

 

Le Président Ibrahim Boubacar Kéïta a choisi la veille de son 3e anniversaire au pouvoir pour s’offrir la tête de son Ministre de la Défense et des Anciens combattants à qui il a fallu 19 mois pour faire les preuves de son incapacité à tenir la dragée haute aux fossoyeurs des FAMA.

Nommé, en effet, en janvier 2015, à la tête du département de la défense et des anciens combattants, une période à laquelle la refondation et la réorganisation des forces armées et de sécurité étaient à l’ordre du jour. Face aux défis terroristes et sécuritaires multiformes dans le pays, Tiéman Hubert Coulibaly a manqué d’engagement, de clairvoyance et de preuves de compétences, en tant que Chef d’orchestre, dans la mise en œuvre de la formidable Révolution en marche qui devrait transfigurer notre armée nationale.

Le dernier coup qui aura été fatal au successeur de Soumeylou Boubèye Maïga, est l’attaque perpétrée le vendredi dernier par des djihadistes contre la localité de Boni, dans la Région de Mopti, au centre du pays. Là, l’armée malienne présente physiquement n’a eu autre choix que de se replier plus au sud, vers Douentza, lorsque les djihadistes, entrés à motos dans la localité aux cris d’Allahu Akhbar, ont tiré des coups de feu, planté leur drapeau, saccagé des locaux administratifs et attaqué un poste de sécurité. Il n’aura donc pas fallu plus que ce repli pour que les FAMA fassent la preuve qu’elles sont non seulement loin de la posture offensive que le Chef suprême des armées souhaitait les voir adopter ; mais elles ont, de surcroit, abandonné la défensive aussi pour se réduire aux fuyards devant l’ennemi. Toute chose qui n’honore pas le Mali tout entier et le Chef de l’Etat en particulier, pour sonner le glas du Ministre censé impulser une nouvelle dynamique à l’armée surtout quand on sait qu’il y a moins de deux mois, la ville de Nampala avait été la cible d’une attaque similaire au cours de laquelle 17 militaires maliens avaient péri.

Nampala donc le 17 juillet, Boni le 2 septembre, c’est le Président IBK qui est propulsé aux limites de sa patience pour sortir le décret qui expose le Ministre Tiéman Hubert Coulibaly à la raillerie de ses détracteurs. Cependant, pour qui sait qu’avec le régime d’IBK nombreux sont les Ministres qui rebondissent dans les rouages de l’Etat après avoir été démis de leur portefeuille ministériel, il y a de quoi modérer son ardeur dans la moquerie. Ce n’est sûrement pas l’ex Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Economie et des Finances, chargé de la Promotion des investissements et de l’Initiative privée, Moustapha Ben Barka encore moins le prédécesseur de Tiéman H. Coulibaly en la personne de Soumeylou Boubèye Maïga qui nous démentiront ; eux qui, après leur éjection du Gouvernement, ont ressurgi pour se refaire une santé respectivement aux postes de Secrétaire Général adjoint et de Secrétaire Général de la Présidence. Quel sera alors le sort de ce nouveau dernier démis en date ?

Katito WADADA

 

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils