mardi 26 octobre 2021
Accueil | International | Forces étrangères au Mali : Bruxelles et Londres en chassé-croisé

Forces étrangères au Mali : Bruxelles et Londres en chassé-croisé

Aux dernières nouvelles, les forces étrangères présentes sur le théâtre malien font état d’un chassé-croisé de Bruxelles et Londres. En effet, à un moment où l’heure est à la réduction d’effectifs chez les Belges, la Grande-Bretagne, quant à elle, décide de déployer ses soldats au Mali.

 La Belgique va progressivement réduire son nombre de militaires déployés au Mali dans le cadre de la mission européenne, avant de céder la main à l’Espagne à la fin du mois. Selon une source proche du Ministère de la Défense, Bruxelles a commencé à réduire le nombre de ses troupes déployées au sein de la Mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM-Mali), avant de céder le commandement de cette mission à l’Espagne à la fin de ce mois. Une bonne centaine de soldats (sur les 175 que compte le contingent belge déployé au Mali dans ce cadre) sont rentrés au pays en deux vagues dont la première (49 militaires), le 8 janvier et la deuxième (60 autres militaires), mercredi dernier. La précision émane  d’un porte-parole militaire belge. Et, selon la même source, une trentaine d’autres doivent rentrer en Belgique à la fin du mois, lorsque le Commandant belge de l’EUTM-Mali, le Général de Brigade Bart Laurent, cèdera le relais, le 31 janvier prochain, à un Collègue espagnol, le Général Enrique Millan Martinez.

Dans la foulée de cette annonce de réduction d’effectif militaire belge au Mali, Londres compte, dans un premier temps, procéder au déploiement dans le Sahel d’une unité d’élite des forces spéciales composée d’une centaine d’Hommes, appuyée par un escadron de trois hélicoptères Chinook. Les hélicoptères serviraient d’appui logistique aux troupes françaises dans le cadre de l’opération Barkhane que celles-ci mènent au Nord-Mali contre les groupes terroristes.

Le Premier Ministre Britannique, Mme Theresa May, après l’annonce de cette collaboration, lors du sommet franco-britannique le jeudi dernier à l’Académie militaire de Sandhurst, a qualifié cette décision de nouvelle ère de coopération transmanche.

Sur le plan sécuritaire, il s’agit d’une «opération de soutien aux forces françaises impliquées depuis plusieurs années dans une guerre contre les groupes terroristes opérant dans de vastes zones transformées en zone de non-droit où règne le trafic, la terreur et le crime organisé».

Les troupes britanniques se positionneront dans la zone de la triple frontière du Mali, du Niger et du Burkina Faso, une zone transformée par les factions djihadistes en véritable plaque tournante du terrorisme et un fief des différents mouvements extrémistes. Londres compte aussi revoir à la hausse son aide à l’Afrique. La PM May a, en effet, annoncé que son Gouvernement débloquerait une enveloppe supplémentaire de 56 millions d’euros au profit des pays de l’Afrique de l’Ouest touchés par les épidémies, les catastrophes naturelles et les conflits armés.

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Renforcement annoncé de la présence américaine au Sahel sur fond de brouilles entre Paris et Washington: À quelque chose, malheur est bon

  Entre Washington et Paris, rien ne va plus depuis que l’Oncle Sam a fait …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils