jeudi 29 octobre 2020
Accueil | Economies | Fonds de garantie à la filière gomme Arabique : La déception des producteurs de Kayes

Fonds de garantie à la filière gomme Arabique : La déception des producteurs de Kayes

Sous la présidence du Secrétaire Général du Ministère du Commerce, Adama Yoro Sidibé, il s’est tenu, dans les enceintes dudit Ministère, la cérémonie de signature des conventions de prêts de garantie en faveur des producteurs de la gomme arabique au Mali. Sur un montant total de 424 millions et demi reparti entre 14 cercles, les producteurs de Kayes crient à l’insuffisance de ce fonds

 

Dans la politique de promotion de la filière gomme arabique au Mali, les acteurs et l’Etat s’étaient convenus de la mise en place auprès d’une Banque de la place d’un fonds de garantie par l’unité de mise en œuvre du cadre intégré en faveur des acteurs. Malheureusement, les fonds alloués demeurent dérisoires voire insignifiants. Lors de la présente cérémonie de signature, le Secrétaire Général du Département de tutelle, Adama Yoro Sidibé, a fait savoir que cette action présente un caractère salvateur en raison des difficultés d’accès au financement qui sont unanimement reconnues. Surtout concernant les activités de développement agricole et agro forestier. La mise en place d’un dépôt en terme d’un montant de 424 millions de francs CFA pour servir de fonds de garantie à des prêts d’autant de valeur en faveur des acteurs de la filière gomme arabique demeure une activité inscrite dans le programme de travail de l’Unité de mise en œuvre du cadre intégré (UMOCI). Les prêts seront octroyés avec des conditions préférentielles obtenues auprès de la Banque pour le Commerce Mali (BCI-Mali-sa), à savoir un taux d’intérêt de 6% l’année pour une durée de deux ans.

Les prêts permettront aux acteurs de la filière gomme arabique de se doter des moyens financiers pour réaliser une bonne campagne de commercialisation de la ressource qui bat actuellement son plein.

En effet, la mise à disposition des ressources financières permettra  aux producteurs d’éviter de brader la gomme arabique à des prix trop bas et de négocier librement les tarifs requis. Et ainsi, payer cash la gomme arabique aux producteurs. Cela devrait créer des transactions «gagnant-gagnant» entre les deux familles professionnelles bénéficiaires des prêts.

Selon Oumar Balla Sissoko, cette rencontre répond à un cri du cœur des producteurs exprimé à l’Etat malien à travers le Département de tutelle pour plus de performances financières. Selon le Président des producteurs de la gomme arabique de Kayes, ce projet de financement a été mis en place en 2010. De 2010 à nos jours, le secteur a fait du chemin. Mais l’Etat, avait pris du retard et c’est maintenant que ça commence à marcher. Pour le Président des Producteurs, Oumar Balla Sissoko, il y a lieu de tenir compte de la différence entre zone.  Pour le cercle de Kayes, par exemple, avec ses 28 communes, disposant chacune une coopérative, s’il faut que ses coopératives partagent un prêt de 14 millions et demi. Ça reviendra à 500.000 de francs CFA par coopérative. Et ce montant ne sera pas payé sous forme de prêt. Donc, c’est l’union des producteurs qui gère  le système pour le remboursement.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Un article à portée pédagogique à l’attention du citoyen en faveur des théoriciens, praticiens et utilisateurs du FCFA

Dr Lamine KEITA Auteur de 7 livres sur l’Économie scientifique, c’est-à-dire de l’économie dotée de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils