mercredi 30 novembre 2022
Accueil | Economies | FINANCEMENT DE L’ECONOMIE NATIONALE : LA BCEAO ET L’APBEF FONT LE POINT

FINANCEMENT DE L’ECONOMIE NATIONALE : LA BCEAO ET L’APBEF FONT LE POINT

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et l’Association des professionnels de banques et établissements financiers (APBEF) du Mali étaient réunis, hier, sur le rapatriement des recettes d’exploitation. Etaient aussi inscrits à l’ordre du jour de la rencontre trimestrielle, le nouveau dispositif de « Reporting » des établissements de crédit et la situation de la microfinance. Il était également question de la contribution de la BCEAO à la fiabilisation des données macroéconomiques et financières et à la conduite des analyses sectorielles. La rencontre s’est déroulée à l’agence principale de la Banque centrale à Bamako, sous la présidence de son directeur national, Konzo Traoré, et en présence du président de l’APBEF, Moussa Alassane Diallo. A l’issue de la séance, les deux responsables ont animé un point de presse. « Nous sommes satisfaits de nos réunions trimestrielles. Nous avons examiné toutes les préoccupations qui ont été soulevées », s’est réjoui Konzo Traoré, qui expliquera ensuite que les exportateurs mettent des devises à la disposition de leurs banques qui, à leur tour, les cèdent à la Banque centrale. Il a rappelé que notre monnaie est arrimée à l’euro sur la base d’une parité fixe. Le soubassement de cette parité fixe est le système de centralisation des réserves de change. « Les agents économiques de tous les pays exportateurs doivent céder à la Banque centrale les devises issues de la vente de leurs produits. En contrepartie, quand un agent économique veut importer, la Banque centrale met à sa disposition, via sa banque, les devises nécessaires à ses opérations d’importation », développera-t-il. La Banque centrale produit des données économiques et financières. C’est à ce titre et à la demande de l’APBEF qu’elle contribue à la fiabilisation des données et à la conduite des analyses sectorielles. Konzo Traoré a précisé que cette participation s’effectue dans les domaines comme le produit intérieur brut, les comptes nationaux, à travers des outils de collecte d’informations dont elle dispose au niveau de chaque direction nationale.
INFO SEPT ||| lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

INCAPACITE DU GOUVERNEMENT MALIEN A RELEVER LE DEFI: Quand l’économie nationale souffre !

L’économie du Mali asphyxiée depuis 2012, due à la crise que subit ce pays depuis …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils