mardi 6 décembre 2022
Accueil | Oeil du combattant | Escroquerie et abus de confiance sur fond de maraboutage : Un jeune bijoutier délesté de plus de 17 millions FCFA

Escroquerie et abus de confiance sur fond de maraboutage : Un jeune bijoutier délesté de plus de 17 millions FCFA

Issa Sinayogo, jeune bijoutier de son état s’est fait escroquer à hauteur de 17 millions 230 mille FCFA par deux marabouts qui lui ont promis de multiplier ses chances. Sans résultat satisfaisant, la victime a fini par saisir la Brigade d’Investigations Judiciaires (BIJ) de la police, qui a arrêté les deux faux marabouts, Alfousseïni Doumbia et Bazoumana Koumaré qui méditent désormais sur leur sort à la Maison centrale d’arrêt de Bamako, en attendant le jour de leur procès.
Plus que les secrets médicaux, les véritables amitiés sous nos cieux se fondent désormais sur des secrets de maraboutage, plutôt occultes. Issa Sinayogo, bijoutier de son état et son client Alfousseïni Doumbia, ont vite franchi ce palier pour consolider leur amitié. Surtout lorsque le second proposa à son ami bijoutier les services d’un de ses amis marabouts du nom de Bazoumana Koumaré. Et cela dans le but de fructifier ses chances. Le jeune bijoutier, Issa Sinayogo, qui d’ailleurs ne se plaignait guère de ses revenus saisi cette belle opportunité au rebond. Sans se rendre compte que “la richesse est un voile qui couvre bien des plaies.”
Ainsi, ne se doutant point du fait que le marabout concerné peut être un complice de Alfousseïni Doumbia, il lui remit pour le grand marabout Bazoumana Koumaré, la somme de 2 millions FCFA. Tenez-vous bien, pour acheter des parfums et du mouton devant servir à la fabrication du produit magique servant à multiplier ses chances et ses revenus.
Et comme envouté par l’envie de devenir milliardaire en un coup et aveuglé par la confiance qu’il avait placée à Alfousseini Doumbia, l’ambitieux bijoutier ne s’est prémuni d’aucune marge de reflexion. Mais curieusement la fabrication dudit produit prend trop de temps et à chaque fois qu’il aborde le sujet avec l’intermédiaire, Alfousseini Doumbia, ce dernier trouvait un prétexte pour justifier le retard. D’ailleurs, il réussira à soutirer d’autres sommes d’argent à la victime sous prétexte d’acheter d’autres produits pour finaliser le médicament magique, qui fera du bijoutier un ‘’Ali-Baba’’ de notre époque.
Quand le goût de la richesse devient puant !
Rassuré d’avoir entièrement enroulé le pauvre bijoutier dans la farine, le nommé Alfousseini Doumbia ajouta une autre corde à son arc. En plus des frais de fabrication de la potion magique de la richesse, il sollicita Issa Sinayoko, pour l’aider financièrement afin de sortir le marabout d’un problème au niveau de la police. Sans détour, ce dernier s’exécuta. Ce n’est pas tout. Le bijoutier à force d’être engagé à fond, se fera même arrêté avec ses deux bourreaux. Certainement par le biais des policiers complices.
En effet, lorsqu’il a tenu à voir clair dans cette affaire, le nommé Alfousseini Doumbia, l’amena dans un quartier périphérique de Bamako, où ils ont été rejoins par Bazoumana Koumaré dans une maison non habitée.
La victime décrit la scène en ces termes : « Après les salutations, il s’est mis sur une natte pour faire des incantations. Quelques minutes après il nous a demandé de patienter dehors. Nous sommes sortis. Il a fait cela environ trois fois». Et tout d’un coup la police débarque et les met aux arrêts tous les trois, sous prétexte qu’ils sont impliqués dans un réseau de fabrique de faux billets.
Qui a informé et indiqué cet endroit à la police ?
Cette question restera sans réponse. Mais ce qui reste évident est le fait que ces faux marabouts entretiendraient une complicité certaine avec ce commissariat de police (que nous tairons le nom en attendant). Car, pour se tirer d’affaires et espérer qu’après leur sortie ses amis vont finir de fabriquer son produit, le bijoutier déboursa comme dessous de table la somme d’un million de francs.
Même après cet épisode, Issa Sinayogo ne trouvera jamais satisfaction. Sans peur ni réserve, les deux escrocs continueront à le faire tourner en bourrique tout en le faisant saigner de tous ses sous. Quand il prendra conscience de la profondeur du gouffre dans lequel il fut jeté, il constat d’avoir déboursé indument la rondelette somme de 17 millions 230 mille FCFA, à cause des mélimélos d’Alfousseini Doumbia et son complice Bouzoumana Koumaré.
A quel saint se vouer ?
Les proches de la victime lui conseillent de ne pas perdre foi à la vie et de se fier à la vaillante police nationale, qui saura mettre hors d’état de nuire des escrocs de tel acabit, sans maraboutage. Et Issa Sinayogo n’a eu d’autre choix que de saisir la Brigade d’Investigations Judicaires (BIJ) de la police nationale. Ainsi après moult investigations, le chef BR de cette brigade, l’inspecteur ‘’Derrick’’ et ses hommes finiront par mettre les grappins, sur les deux faux marabouts qui ont reconnu les faits.
Ils croulent désormais à la Maison Centrale d’arrêt de Bamako, en attendant le jour de leur jugement. “Etre content de son sort, voilà la plus grande richesse”, enseigne la sagesse.
Abel Sangaré LE SURSAUT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Interdiction du sachet plastique au Mali: La persistance de la vente cache-t-elle un négoce protégé?

  Sous la table, le boutiquier du coin offre encore un emballage censé prohibé par …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils