samedi 2 juillet 2022
Accueil | International | Elysée 2017 : Afrique-France: Le nouveau Président élu… et le poids des meubles

Elysée 2017 : Afrique-France: Le nouveau Président élu… et le poids des meubles

Le  pilote d’En Marche s’est posé sur l’Elysée ce dimanche, 7 mai 2017. E. Macron était une force en marche. Maintenant, on verra si les solutions vont suivre.

Un jeune Président nous est arrivé, qui a secoué les murs et menacer des fondations et qui n’a pas fini de créer des surprises, tant sa victoire l’est. Il a crevé le plafond de verre en reléguant au second plan des partis politiques qui ont fait les 30 dernières glorieuses de la Présidentielle. Les autres ont pris des tuiles et quelques poutres sur la tête. Le grand ‘’siphoneur’’ est arrivé à dessein à l’Elysée. On se demande que vont dire désormais dans le jargon politique toutes les demandes de recentrage. Il ouvre une école Sciences Pô à ce sujet. Sauver les meubles n’est pas à la hauteur du danger. Surtout que le Parti FN fait désormais partie du mobilier. Que pense le Président Macron de l’Afrique et des Africains ? A des exceptions près, il en parle mais ne se dévoile pas tout à fait. Macron séduit autant qu’il intègre. Le partenaire Afrique a été toute en déduction lors de sa campagne. Maintenant, il oblige de prendre en compte les interrogations qui montent vers lui. Etant le plus jeune Président élu de la Ve République, il aura en mains l’équerre et la boussole d’Etambot pour aller à la découverte de l’Afrique. C’est lui qui disait, dans son dernier rendez-vous de campagne avec ses compatriotes, que ce sont ‘’des temps extraordinaires’’ qu’attendaient… Il avait fait le pari de l’optimisme en toutes choses, au risque de paraître ou subir disent ses contempteurs. Une fois qu’il est à l’Elysée, tout va dépendre de sa capacité à surmonter le contre dicton.

Augmente-t-il le nombre de couvertures qui font partie du storytelling ? Macron enlève la place de l’Elysée à 39 ans. Le Leader d’En Marche a démontré qu’il n’était pas embarqué dans une aventure solitaire. Des ralliements ont été mis en scène. Il a crédibilisé sa dynamique. L’aspiration forte à un renouvellement de la classe politique et au dépassement de certaines postures fauche-droite.

Macron vient de la Picardie. Il y a une citation de Martine Aubry qui dit ‘’Quand c’est flou, il y a un loup…’’. De quel bord politique, le nouveau Président se situe ; il n’est pas Socialiste, mais se dit progressiste… Allez comprendre ! Une chose est sûre, il est libéral dans sa démarche. Ce qu’il a compris assez vite, c’est que son Président Hollande ne pouvait pas être réélu. Il a fait preuve d’instinct et de courage. En feront-ils un Président de la République ? Des critiques ont failli : va-t-il réussir à rallier l’atout d’une jeunesse avec une posture gaullienne ?

D’autres diront : Aspiration générationnelle à se débarrasser des sectarismes fossiles, tel le Philosophe Marcel Gauchet. Macron a eu une visibilité médiatique connue mais qu’en est-il de sa visibilité doctrinale ? Martine Le Pen, son adversaire à la votation, disait dans l’invective que Macron, c’est la libéralisation de la société. Macron est porteur d’une vision économique du monde. Mais, au contraire d’un De Gaulle, l’économie ne serait pas au service de la politique. Macron va-t-il buter sur un déphasage avec la culture historique et diplomatique de la France avec les pays africains ?

Ce qu’il a dit et pensé jusque-là sur le continent (notamment cette gestion de la repentance et du franc CFA) est un règlement plus décoratif qu’affectif. On a dit que sa faiblesse concernerait le ‘’régalien’’. Alors qu’aura-t-il à dire de la stratégie, la diplomatie ? Les premiers jours de sa présidence seront-ils à la merci des évènements? Cette question porte l’autorité du politique en le crédibilisant. Le nouveau Président arrive dans un monde de nos relations avec l’ancienne métropole où l’on évolue dans un monde heureux des bénéfices partenaires pour tous. Qu’aura-t-il à mal appréhender cet ‘’instant propice’’ des Grecs ? Macron n’est plus un ovni politique, il affronte, de par sa jeunesse, ce continent noir que sa présidence voudrait modeler. On l’attend au tournant. Il a imposé son tempo à cette présidentielle 2017, le voici désormais obligé de préciser ses premiers pas à faire, clarifier son programme, modifier même son calendrier. Les jours prochains nous le diront.

KONE : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

MÉDIATION DE FAURE DANS LA CRISE MALI-CEDEAO: Le doute des analystes politiques togolais  

    À Bamako, les regards sont tournés vers Lomé où les autorités ont sollicité …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils