dimanche 27 septembre 2020
Accueil | Société | Edito : Le Coronavirus, un autre mal du siècle

Edito : Le Coronavirus, un autre mal du siècle

Le monde entier est en état d’alerte maximal pour venir à bout de ce mal qui ravage sans discernement. Découvert en Chine continentale, le Coronavirus s’est répandu un peu partout à travers le monde. Il a fait de nombreuses victimes dans le pays de Mao avant de se propager dans les autres pays du monde. En plus de la Chine, les gros foyers de la maladie du Covid-19 sont l’Italie, l’Iran, la Corée du sud, et la France. Dans ces pays, on a fini de décréter l’état de catastrophe naturelle, tant la maladie s’est propagée à une très grande vitesse et les victimes se comptent par milliers avec des décès. Plus que le Sida, le Covid-19 est devenu une véritable pandémie.

Donald Trump, le Président de la première puissance du monde, qui a minimisé cette  maladie et même sa progression, a fini par reculer et reconnaitre  sa gravité, au point qu’il a interdit l’accès de son pays aux européens  et aux ressortissants des pays où le virus s’est fortement propagé. Le monde est désormais en état d’alerte maximale et aucun pays  ne sera épargné par cette pandémie. La Chine qui est l’épicentre du mal commence à maitriser la progression et diminuer le nombre de décès. Les Etats Unis qui ne croyaient pas au départ à la gravité de cette maladie qu’ils ont qualifié de mineure se sont finalement engagés  à la combattre résolument. Ainsi pour arriver à bout du mal, Trump a pris des mesures allant jusqu’à interdire l’accès de son pays à certains ressortissants.

Quant à l’Afrique, maillon faible dans la prévention et même dans l’action curative, elle est également touchée par la pandémie.  Des cas de contaminations avérées, c’est  soit avec des ressortissants des pays où le virus existe ou bien des compatriotes venus des pays considérés comme l’épicentre de la maladie. Parmi les pays africains touchés, on peut citer entre autres, le Nigéria, le Sénégal, l’Algérie, l’Egypte, le Maroc, l’Afrique du sud, la Côte d’Ivoire pour ne citer que ceux-ci. Les autres pays préfèrent jouer à la politique de l’autruche, en essayant de mettre en place des dispositifs dans les zones à grande affluence, alors qu’en réalité ils ne disposent ni des matériels adéquats encore moins d’un personnel sanitaire mieux préparé pour une telle pandémie. Le Mali ne fait pas exception à la règle, lui qui a été pourtant au centre du combat contre Ebola. Des dispositifs de riposte devraient être mis en place de façon permanente pour pallier d’éventuelle propagation du virus. Hormis, la grande communication autour de cette pandémie, l’on ne voit rien de concret qui puisse nous permettre d’avoir l’esprit tranquille.

S’agissant des conséquences économiques, elles sont très graves, car les bourses occidentales se sont effondrées et toutes les économies du monde sont affectées. Le monde est déjà ébranlé par cette pandémie.

En somme, comme une punition divine, cette pandémie dont nul ne saurait prédire jusqu’où elle s’arrêtera, doit permettre à l’Homme de réfléchir et de changer de comportement. La course effrénée vers l’eldorado en foulant aux pieds toutes les vertus morales et en réduisant l’être humain à son état bestial, où seul compte le profit personnel, voici le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Donc, cette pandémie est un appel divin à la retenue et à l’humanisme.

Youssouf Sissoko

Malick Diancoumba

Voir aussi

RECONSTRUCTION DE L’ARMEE MALIENNE : le grand défi de la renaissance !

Les Maliens doivent se souvenir du sang versé par les leurs pour la défense de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils