dimanche 17 octobre 2021
Accueil | Société | Drogue et Criminalité : Kati : un boutiquier égorgé pour sa moto par trois jeunes

Drogue et Criminalité : Kati : un boutiquier égorgé pour sa moto par trois jeunes

La nuit du 7 au 8 avril restera longtemps gravée dans la mémoire des Habitants du quartier de Kati Coco, dans la ville de Kati, située à une quinzaine de kilomètres de Bamako. M. Fané, un Boutiquier, a été assassiné par trois jeunes qui l’obligeaient à leur livrer  sa moto et son coffre fort.

 La pitié et la compassion  sont en train de disparaitre des mœurs et habitudes de notre Maliba qui était pourtant un havre de paix à l’échelle sous-régionale.  De nos jours, il n’y a plus de sympathie et de dignité. En dépit des attaques et représailles des djihadistes qui ont engendré d’énormes pertes en vies et de dégâts matériels incalculables dans les Régions du Nord et du Centre, les délinquants et drogueurs continuent eux aussi à faire descendre le pays aux enfers. C’est du moins le constat qui se dégage de l’assassinat de cet innocent commerçant à Kati, la semaine dernière, par trois adolescents érigés en criminels.

En effet, alerté par un vendeur de pains de la présence d’un corps sans vie d’un boutiquier, le Commissaire de police du 1erArrondissement de Kati a dépêché ses éléments sur les lieux de la découverte du drame. Aux alentours  de la boutique, les policiers ont constaté le corps baignant dans le sang  par terre avec des blessures mortelles au cou et sur le visage impitoyablement marqué par les traces de couteau. Ainsi, ils se sont immédiatement lancés dans les enquêtes sous l’égide de l’Adjudant-chef Souleymane B. Coulibaly. Et après les informations données par les Habitants dudit quartier, les policiers ont fait une descente  chez Salif, un des amis avec qui la victime faisait du thé. Et là, le  constat est étonnant. Après la perquisition, la police a enregistré des couteaux et machettes tachetés du sang frais  avec des pistolets artisanaux, des cannabis enveloppés dans des sachets   et autres objets de braquage comme des arrache-clous dans une valise. Mis aux grappins, ce dernier a définitivement reconnu les faits en précisant que ses complices sont les nommés Fousseini Koné et Moussa Mariko qui ont été aussi  arrêtés.

Selon le chef de la bande criminelle, Salif,   « c’est après avoir pris leur dose dans une boite de nuit de la ville appelée Titan Night Club qu’ils se sont dirigés vers la boutique de Fané. Ainsi, après plusieurs tractations face auxquelles, Fané s’est  défendu,mais ils l’ont assommé avec des coups de marteau  à la tête. Celui-ci a pu reconnaitre un de ses agresseurs, à savoir Salif avec qui il partageait des moments   de causerie devant sa boutique. Et craignant d’être reconnus dans cette forfaiture, ils n’avaient aucun choix, si ce n’est d’égorger la victime pour que l’histoire puisse s’arrêter là. Et c’est ce qu’ils ont fait ». Suite aux interrogations, les criminels ont été tous déférés à la prison centrale de Kati par le Commissaire  de police du 1er Arrondissement qui a ensuite félicité les populations katoises pour leur vigilance et leur esprit de collaboration.  Ce, tout en leur demandant de toujours fournir des informations sur des cas inhabituels et suspects.

Les autorités maliennes sont appelées à punir sévèrement ces genres de crimes pour en faire un exemple. D’autant plus qu’à nos jours, les braquages et la délinquance juvénile  sont en passe de devenir monnaie courante dans ce pays confronté aux attaques terroristes les plus graves.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Après la proclamation du résultat du Bac et DEF: Comment gérer le cas des classes de passage ?  

  Après la proclamation de certains résultats, la crise scolaire tend-elle  vers sa fin? Les cas …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils