lundi 17 janvier 2022
Accueil | Société | Disparu après le putsch : Karim Keïta serait en Côte d’Ivoire

Disparu après le putsch : Karim Keïta serait en Côte d’Ivoire

Selon certaines sources, Karim Kéïta, fils du Président Ibrahim Boubacar Kéïta déchu serait hors du territoire malien. Au moment où son père et sa suite sont libérés par la junte, l’homme accusé d’être à la base de la descente de son père aux enfers a pris la clé des champs.

Le président de la République, IBK, Dr Boubou Cissé et Moussa Timbiné sont libérés par les militaires suite aux doléances de la CEDEAO.

Par ailleurs l’on apprend hier jeudi 27 août 2020 également que le fils de l’ex-président, Karim Keïta, était parvenu à quitter le territoire pour se rendre en Côte d’Ivoire, afin d’y rejoindre sa famille. L’information a été confirmée par une source proche de la famille et par des sources sécuritaires.

Le 18 août, jour du coup d’État, Karim Keïta passe un moment au domicile familial. Son domicile privé, situé non loin du domaine familial, est ensuite attaqué et saccagé. Il décide alors de quitter discrètement la maison de son père.

D’après nos confrères de RFI, il trouve, dans un premier temps, refuge à Bamako, dans une ambassade d’un pays voisin du Mali. Il y organise lui-même son départ nuitamment par la route. Il est assis à l’arrière d’un véhicule pendant plusieurs heures de route. Il ne trouve pas de forces de l’ordre sur son chemin jusqu’à la frontière qu’il traverse.

Karim Keïta, 41 ans, est un homme politique malien et un homme d’affaires. Il est membre de l’Assemblée nationale depuis 2013. Il a, au Mali, un club de soutien qu’il entretient, mais il a aussi de nombreux adversaires incontournables dans la vie politique et économique du Mali. C’est ce qui, pour plusieurs observateurs, aurait provoqué la chute de son père avant la fin de son mandat.

Ces dernières semaines, avant le coup d’État, il se tenait un peu en retrait après avoir démissionné lui-même de la présidence de la commission de la Défense d’Assemblée nationale.

Après son départ « le fiston national » comme on le désigne, ne serait plus dans les grasses des nouveaux patrons du pays.

Bourama Kéïta

 

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

RECOMMANDATION DE 5 ANS DE TRANSITION: Un front en gestation contre le projet  

  Après les Assises nationales de la Refondation qui ont été tenues quasiment sur toute …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils