vendredi 3 février 2023
Accueil | Société | Dialogue avec les terroristes et arrêt des attaques: AQMI favorable à la trêve sollicitée par l’Imam Dicko

Dialogue avec les terroristes et arrêt des attaques: AQMI favorable à la trêve sollicitée par l’Imam Dicko

Dans un communiqué rendu public le lundi 16 mars 2020 dernier, le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dit accepter la trêve demandée par l’Imam Mahmoud Dicko. Le Communiqué diffusé avec la photo de l’Imam est un message symbolique pour cet homme qui connait un peu mieux ce milieu. Le patron d’AQMI, Abdelmalek Droukdel ne voudrait pas « des négociations vides de sens ».

Pour une fois, AQMI a réagi en répondant à la demande de trêve lancée  par l’Imam Mahamoud Dicko lors d’un meeting à Bamako. Après le JNIM, AQMI annonce son acceptation des négociations. Ce groupe terroriste affirme implicitement qu’ils sont prêts à une trêve dans le sahel dans un audio de 20:46.

« Adel Wadoud Droukdel à la tête d’AQMI prend fait et cause pour les manifestants contre la France à Bamako et moque les chefs du G5 qui sont venus à Pau pour contrer la montée en puissance jihadiste », a interprété le journaliste de France 24, Wassim Nasr.  Le groupe terroriste est partant pour le dialogue entre les autorités maliennes et Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa mais «ne veut pas de négociations vides de sens»

Le communiqué qui mentionne bien le nom et la photo de l’imam Dicko n’est pas resté insensible. L’homme a été contacté par la rédaction de maliweb.net. Selon ce site, l’Imam Mahmoud Dicko a accueilli la nouvelle avec joie.

«Je ne sais pas encore si le message est authentique. Mais si c’est le cas, c’est une bonne chose», ont rapporté les confrères de Maliweb ajoutant que l’Imam s’est réjoui de la nouvelle laissant entendre que si le message est authentifié, il accepterait la mission de poursuivre le dialogue avec les leaders d’AQMI. «C’est mon pays. Ce n’est pas un sacrifice de trop pour le Mali», indique le leader religieux. Et de clarifier «j’accepterai volontiers la mission.»

Lors d’un meeting à Bamako, le 29 février 2020, Mahmoud Dicko avait appelé les leaders des groupes djihadistes à une trêve. Devant ses partisans, le Guide religieux avait déclaré: «Je sais qu’ils m’entendent, le pays a trop souffert, les Maliens ont trop souffert, trop, il y a eu trop de morts, trop de sang versé, je lance un appel à Iyad ag Ghali et Amadou Kouffa. Ils prétendent se battre au nom du prophète. Si cela est vrai, je leur demande d’arrêter». Un appel apparemment entendu.

Accalmie dans le Sahel ?

À titre de rappel, l’imam Dicko lors d’un meeting demandait aux groupes djihadistes d’observer une trêve. Dans la foulée, Iyad et koufa se sont dits ouverts au dialogue demandé par le président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Mais les chefs djihadistes ont posé une seule condition, le départ des forces françaises et des Nations Unies du territoire malien.

Cette nouvelle «trêve acceptée» par AQMI, souligne une fois encore que non seulement l’imam Dicko reste un homme incontournable dans la résolution de la crise malienne, mais aussi les terroristes sont disposés au dialogue. La question qui reste posée est de savoir,  sur quels points sont-ils capables de faire les concessions alors que la première condition de part et d’autre (le départ des forces étrangères et la non-application de la charia) remet déjà en cause la tenue de ce dialogue.

Komi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Interdiction du sachet plastique au Mali: La persistance de la vente cache-t-elle un négoce protégé?

  Sous la table, le boutiquier du coin offre encore un emballage censé prohibé par …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils