vendredi 16 avril 2021
Accueil | Société | Délivrance des vignettes 2019 : L’appel à la raison entendu: des mesures seront prises contre les « Coxeurs » et pour la décentralisation de la vente des vignettes en perspective.

Délivrance des vignettes 2019 : L’appel à la raison entendu: des mesures seront prises contre les « Coxeurs » et pour la décentralisation de la vente des vignettes en perspective.

Suite à notre parution n° 1908 d’hier mardi 5 février 2019 sur l’affairisme et l’anarchie constatés sur les lieux de la délivrance des vignettes 2019, le Récepteur-percepteur principal de la Mairie centrale de Bamako, Aguissa Zouledéini Maïga, et certains Responsables des services compétents de l’Hôtel de la ville ont animé un point de presse. C’est  hier, lundi matin, vers 10H, dans les enceintes de ladite structure pour éclairer l’opinion publique sur les comportements frisant l’anarchie, le désordre à outrance et l’escroquerie érigés en système sur place et annoncer les mesures prises contre les faits dénoncés. Des déplorables réalités tendant à préoccuper légitimement les honnêtes citoyens qui effectuent le déplacement à la Mairie pour alimenter les recettes municipales de Bamako.  

«Je ne suis même pas au courant de cela. Ils n’ont aucun rapport avec la Mairie et la Mairie ne les a pas placés là. C’est à nos compatriotes nous-mêmes de ne pas rentrer dans leur jeu. Ce n’est pas normal». C’est en ces termes que s’est indigné le Récepteur-percepteur de la Mairie centrale du District de Bamako, Aguissa Zouledéini Maïga. Face à la presse, il s’est clairement prononcé sur les comportements injustes de la nouvelle race d’Affairistes autrement appelés les « coxeurs » ayant élit domicile à la devanture de l’Hôtel de Ville de Bamako.

À ses dires lors dudit point de presse, des mesures rigoureuses sont en cours afin que l’ordre  revienne dans les enceintes et services de la Marie et qu’un climat de transparence soit rétabli dans le processus de délivrance des vignettes.  «La police est à la porte et c’est pour que chacun rentre librement pour prendre sa vignette et ressortir. J’ai dit à la police de mettre de l’Ordre et de faire respecter les rangs».

À notre question de savoir si la mesure restrictive, comme nous l’avions dénoncée (lire le COMBAT DU MARDI 5 FEVRIER 2019), est une instruction de l’Administration ou pas, le conférencier principal a affirmé haut et fort que la Mairie n’a envisagé aucune barrière contre la presse et que la tentative d’intimidation dénoncée est arbitraire. «Je ne connais pas l’auteur de ce fait. Sachez que la Mairie respecte la liberté de la presse. Vous êtes libres de faire votre travail ici », a-t-il rassuré.

Des mesures en vue

La prise de la vignette est un acquittement citoyen pour le développement de nos collectivités territoriales et de la nation tout entière. Pour ce faire, et pour encourager les populations à prendre, les vignettes suite à plusieurs demandes, le Récepteur-percepteur, Maïga a souligné qu’en plus des mesures en gestation contre les affairistes et dont l’aboutissement nécessite l’implication des usagers, un système de la décentration de la vente des vignettes est en préparation. Comment cela se fera-t-il ? C’est simple. À ses dires, vu que la délivrance des vignettes est une ressource propre à la Mairie du District, et pour conserver ce titre, bientôt des Agents de ladite structure seront installés auprès des Récepteurs de plusieurs communes de la capitale  afin de faciliter l’accès aux produits. «Cette ressource est une ressource propre à la Mairie du District. Seule la Marie du District est habilitée à vendre la vignette. Et c’est l’État qui a mis cette ressource au compte de la Mairie du District. Nous allons voir auprès de mes collègues percepteurs comment nous pourrons  installer des Agents de la perception du District de Bamako auprès des autres collègues pour qu’ils vendent ces vignettes au compte de la Mairie du District. Nous avons déjà exprimé le besoin parce qu’il faut la logistique et les matériels pour cela. Une fois à notre disposition, il n’y aura pas de problème. Et ce sera mis sur place cette année même s’il plaît à Dieu », a-t-il annoncé avant d’appeler les populations de la capitale à se procurer de la vignette afin de se rassurer sur la circulation tout en permettant aux autorités administratives de faire face aux exigences d’ordre social, sanitaire, sécuritaire et voire politique.  «La  vignette c’est une ressource pour l’État. C’est aussi un  acte de citoyenneté. Aux propriétaires des engins à deux roues, nous leur disons que la vente a commencé et que nous en avons en grande quantité. Aussi, nous comptons ouvrir certains postes de  vente à la perception des Communes V, I et IV. J’appelle ainsi les citoyens de venir se procurer de cette vignette, une taxe qui permettra à la Mairie du District de  remplir ses obligations envers les citoyens de la ville de Bamako. C’est avec cette ressource que la Mairie finance la sécurité, l’éducation, la santé et surtout l’assainissement », rappela-t-il avant de préciser que la vignette des engins de 50 cm jusqu’à 125 cm est à 6000 FCFA, et au-delà de 125 cm c’est à 12.000 et de 3000 FCFA à 1500 FCFA pour les vélos.

Rappelons qu’à partir de l’expiration du délai singulièrement la fin du mois de mars prochain, une pénalité de 100% sera exigée sur les prix pour tout citoyen, quelle que soit  son identité socioprofessionnelle. C’est fondé, se procurer sa vignette est un devoir civique pour tous.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Le ‘’moi’’ (NETA): Un phénomène qui ronge le pays  

  Le « moi » comme « Je », devient un mal réel et le quotidien dans notre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils