dimanche 27 septembre 2020
Accueil | Société | CRISE SYNDICALE AU CHU DU POINT-G : Karim Traoré en manque de popularité, l’histoire donne raison à Fousseyni Coulibaly
Digital StillCamera

CRISE SYNDICALE AU CHU DU POINT-G : Karim Traoré en manque de popularité, l’histoire donne raison à Fousseyni Coulibaly

Le jeudi 10 mai 2018, Fousseyni Coulibaly, microbiologiste au laboratoire du CHU du Point-G avait été désigné pour prendre la tête du secrétariat général du comité du Syndicat national de la santé de l’action sociale et de la promotion féminine. Pourtant, à la grande surprise de tous, c’est un certain Karim Traoré (en manque de popularité) qui avait été imposé par les voix les plus autorisées.

En effet, le 10 mai 2018, ayant compris que la défaite de Karim Traoré était certaine, Issouf Maïga refusa de rendre sa démission et de vider la salle pour que l’on puisse procéder au vote. Rien de bien surprenant, car Karim Traoré faisait partie des bras droits du SG sortant qui le voulait donc comme successeur. Le silence passif des 4 observateurs de l’UNTM qui avaient été mandatés pour la circonstance, a aussitôt permis aux uns et aux autres de comprendre le complot qui se dessinait.

Du coup et comme pour confirmer ce que craignait Fousseyni et les siens, l’élection du 10 mai 2018 a été prise en otage sans aucun motif vérifiable. Mieux, Karim Traoré et ses quelques partisans (une vingtaine) ont déguerpi les lieux. Cependant, ce qu’il ignorait est que le clan de Fousseyni Coulibaly avait fait recours au service d’un huissier pour superviser l’élection. C’est ainsi qu’après la fuite de Karim et conformément à la loi que Fousseyni a été désigné comme secrétaire général.

Prenant la parole à cette circonstance, Boubacar Konaté dit Jules expliquera au journal ‘’Le Confident’’ que Fousseyni Coulibaly n’a jamais demandé à être secrétaire général. « C’est ayant décelé en lui un rassembleur, un homme intègre et capable de présenter un programme digne que nous sommes allés vers lui afin qu’il dirige le syndicat de notre CHU. Nous sommes fiers de lui et le soutiendrons tout au long de son mandat ».

Pourtant, malgré l’unanimité autour de la personne de Fousseyni, c’est Karim qui avait été imposé par les décideurs. Car, ses derniers maitrisent mieux le réseau et ont des relations bien spéciales avec des gens qui dirigent le syndicat. Pourtant, au bout de seulement 2 ans, les quelques individus qui lui étaient encore fidèles ont vite compris qu’il n’était pas l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Au dire d’un personnel du CHU du Point-G, Karim fait partie de ses syndicalistes qui peinent à convaincre même son propre ombre. Tant il est effacé et nul en communication. Comme si cela ne suffisait pas, en 2 ans, il n’a jamais fait une seule revendication rentrant dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel du CHU du Point-G. Tout comme il n’a jamais dénoncé une erreur de la direction. Ainsi, l’homme qui était déjà décrié, n’a fait que de dégringolé en estime.

Par ailleurs, Fousseyni qui avait promis de peser de tout son poids pour l’amélioration du plateau technique par un plaidoyer auprès de la tutelle ; l’amélioration des conditions de transport du personnel ; l’amélioration des conditions de travail et de vie des GS (garçon de salle) ; la mise en œuvre d’un cadre d’échange entre les différentes corporations ; la régularisation de la situation des lots du personnel ; la réinstauration du fonds sociale à l’hôpital avec une gestion transparente…, n’a jamais baissé les bras. D’ailleurs, une vidéo circulant sur les réseaux dans laquelle il donnait un ultimatum à la direction pour le payement des primes de garde, l’a rendu encore plus célèbre et crédible auprès du personnel du CHU du Point-G. Aussi, nous avons appris que des actions entreprises par son clan pour dénoncer la gestion du COVID 19 au niveau du CHU du Point-G sont entrain de porter fruit. En tout cas, force est de reconnaitre que l’histoire est en train de donner raison à Fousseyni Coulibaly qui est de plus en plus sollicité par le personnel du plus grand CHU du Mali.

Nous y viendrons dans nos prochaines livraisons

Drissa Kantao

Malick Diancoumba

Voir aussi

RECONSTRUCTION DE L’ARMEE MALIENNE : le grand défi de la renaissance !

Les Maliens doivent se souvenir du sang versé par les leurs pour la défense de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils