lundi 21 septembre 2020
Accueil | Société | Crise sociopolitique au Mali : La bonbonne a failli s’écraser !

Crise sociopolitique au Mali : La bonbonne a failli s’écraser !

Panique ou peur au sein de la population en ce mardi 18 août. C’est comme tels que les Bamakois se sont réveillés hier matin. Des pick-up pleins d’hommes en uniforme dans les rues qui décampaient sur les tronçons, lourdement armés pour s’effrayer un chemin. Qu’avons-nous à craindre face à ces énormes mouvements ? Que s’est-il alors passé ?

Ce jour mardi 18 août 2020 était censé être le debut de la semaine d’activités intenses des jeunes du M5-RFP, comme évidemment évoqué par l’un de ses leaders, Dr Choguel K. Maïga, à partir de 08h sur la rive droite du district de Bamako. La caravane de sensibilisation, finalement, dira-t-on, aura fort profité à bien de gens qui ont osé renverser le pouvoir d’IBK. Même si l’on sait déjà qu’un grand Rassemblement est prévu ce vendredi 21 août, à 14h, à la place de l’indépendance pour camper pendant deux (2) jours (vendredi et samedi). L’objectif est connu, c’est pour faire partir IBK et son régime qui a failli de tout bord. Et qu’une nouvelle marche s’en suivra le mardi 25 août à 14h de plusieurs itinéraires vers le boulevard de l’indépendance suivie de sit-in pour le mercredi 26 août. Mais hélas, hier matin les Bamakois ont assisté un mouvement d’escalade sur les routes, bloquant les grands tronçons par un bouchon qui ne dit pas son nom. La toile en est la principale source. La panique au sein de la population. Elle a enfanté une déferlante foule de jeunes qui sont descendus dans la rue pour barricader l’une des voies publiques prisées, en allant surtout vers le monument de l’Indépendance. De l’huile sur le feu ! Voilà la seule de façon pour qualifier la situation actuelle dans le pays. Une matinée huileuse et très mouvementée, poussant moult usagers à rebrousser chemin du travail. Chose qu’on pouvait voir ou constater de par tous les grands axes de la capitale malienne. La peur était lisible sur les visages. Jusqu’à midi, les mouvements étaient intenses. Et au-delà, moins d’affluence sur les routes. Comme pour dire tout simplement que les gens rentraient à la maison pour se mettre à l’abri. Car plusieurs personnes pensent que le pays tend vers un naufrage sans précédent. La fin du régime du Président Ibrahim Boubacar Kéïta. Selon une source crédible, une poignée d’hommes aurait déclenché une mutinerie pour tenter de renverser le pouvoir du Président Ibrahim Boubacar Kéïta. Comme pour dire tout simplement que c’est une tentative de coup de force qui aurait été déjouée. Une déferlante foule de jeunes passe de site en site pour piller des biens de certaines personnalités dans le camp présidentiel. L’actuel ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Kassim Tapo, aurait subi lui aussi ses pillages. Certains édifices publics auraient été vandalisés. Après la journée d’hier, on peut donc dire que la bonbonne a failli s’écraser avec le Président et son camp. La bouteille fine et très fragile.
Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

TRANSITION POLITIQUE AU MALI : vers un bras de fer CNSP/CEDEAO ?

Comme il fallait s’y attendre, la CEDEAO aura pris le contre-pied des résolutions prises par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils