vendredi 25 septembre 2020
Accueil | Société |   Crise scolaire : Report des examens

  Crise scolaire : Report des examens

Les examens de fin d’année ont été fixés à une date ultérieure. Après les pourparlers entre le CNSP et les syndicats de l’éducation, toutes les activités pédagogiques restent bloquer. La non-application de l’article 39 en est la cause.  

 

L’échec des pourparlers entre les syndicats et le CNSP a éveillé une fois de plus l’inquiétude des parents d’élève sur la situation de l’école. Au regard de la situation présentée, certains évoquent la fermeture de l’école jusqu’à l’année prochaine pour donner le temps à la nouvelle équipe gouvernementale de s’y pencher sérieusement. Par contre, le mal est que les Enseignants en ont marre toujours de faire des compromis pour l’obtention de leurs droits. Ce qui raisonne en tout cas dans la tête de beaucoup des syndicats d’Enseignants.  En effet, les syndicats décident de boycott de toutes les activités pédagogiques jusqu’à l’application stricte de l’article 39 du statut des personnels des Enseignants. Face à ce fléau, que devient l’avenir de nos enfants dans ce pays en constante crise scolaire depuis toujours ? Parce que la crise n’a trop que durée et sans solution à long terme. Par contre, de rencontre en rencontre qui n’ont abouti à rien de la part des deux acteurs, Enseignants et gouvernement. Les classes sont restées fermées et partout où il faudrait revoir, la crise est et restera. En tout cas, tout ça pour ça. La crainte des syndicats, c’est que même avec une nouvelle équipe gouvernementale, leurs doléances risquent de ne pas être appliquées. Parce que depuis le début de cette année, les syndicats de l’éducation ne font que des va-et-vient autour des Autorités du pays. Et l’autre aspect, c’est que même si l’article 39 mis en place, la reprise immédiate de toutes les activités pédagogiques surtout l’étendue du territoire serait à court terme dans le cadre de la crise sanitaire qui continue ? À l’instant, la situation est la plus préoccupante du côté des parents d’élèves, des enseignants, le nouveau régime et aussi de l’éducation elle-même à travers l’économie du pays. La question est de savoir si la volonté de tout un chacun serait mise en partie dans une courte durée pour redresser le système éducatif malien. Cela s’ajoute aux sanctions des organisations internationales à cause du retard de l’organisation d’un pouvoir transitoire. Enfin, une rencontre est prévue très prochainement pour l’organisation de la transition. Cela pourrait être une solution pour tout un chacun.

Attendons…

Lassana Sow, Stagiaire

Malick Diancoumba

Voir aussi

Le flou autour du Collège transitoire : contradiction ou incohérence   

Le collège transitoire pour la désignation du président de la transition n’a pas cherché très …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils