mardi 29 septembre 2020
Accueil | Société | Cour d’Assises : Accusées de faux et usages de faux, Rabiatou Cissé et Rokia Traoré écopent de trois ans de prison avec sursis

Cour d’Assises : Accusées de faux et usages de faux, Rabiatou Cissé et Rokia Traoré écopent de trois ans de prison avec sursis

La Cour d’Assises de fin 2017, en sa séance du 13 décembre, a statué sur le sort de deux dames qui répondent au nom de Rabiatou Cissé et de Rokia Traoré. Toutes deux, accusées de faux et usage de faux et complicité. Née à Ménaka et âgée de 35 ans au moment des faits, Comptable de formation, domiciliée à Magnambougou, chez son mari Mahamadou Thièro, Mme Thièro Rabiatou Cissé avait été mise en détention en janvier 2010. L’ordonnance de mise en liberté date du 7 avril 2011. Quant à la nommée Rokia Traoré, âgée de 57 ans et non détenue est Caissière  à Niono.

Selon les faits répertoriés par l’Arrêt de mise en accusation et de renvoi devant la Cour d’Assises, c’est une affaire qui les oppose au nommé Cheickna Bah, titulaire du compte n°2916, logé à Nyesiguiso de Niono. En effet, le 10 décembre 2009, une Inspection releva des incohérences entre le carton client du compte n°2916 et le carton de la caisse gérée par Mme Rokia Traoré. Au moment où le titulaire du compte a été appelé pour des amples informations, Mme Rokia, la Caissière, s’éclipsa. Arrêtée plus tard, elle avoua avoir enregistré un déficit causé par sa camarade de caisse Rabiatou Cissé, mutée à la caisse de Badalabougou. Selon elle, elles ont fait des prélèvements  sur des différents comptes pour combler un déficit évalué à 10.615.500 francs CFA que Rabiatou avait promis de payer dès que possible. Mais, celle-là  n’a pu rembourser que 2.350.000 de francs CFA sur les 10.615.500 CFA. Cet état de fait suscita une inspection au niveau de la caisse de Badalabougou où travaille Rabiatou. À ce niveau aussi, des malversations ont été découvertes avec le même mode opératoire axé sur imitation de signatures de titulaires de comptes sur des retraits de sommes d’argent indu.

Ainsi, des disparitions de sommes sur des comptes ont été décelées :

n°2962/11, 998 000FCFA – n°3843, 2.531 000FCFA – n°3470, 5 950 000FCFA –  n°2728,  270.000FCFA – n°3528,1019 000FCFA et pour finir le compte n°3400, 1.798.000FCFA

Interrogée, elle avoua les faits. Son aveu appuyé par les documents de caisses et les carnets des adhérents faisant foi. Ce qui constitua l’atteinte aux biens publics par faux et usage de faux, abus de confiance et qualifié par le Parquet comme acte de détournement causant préjudices. En fait, les deux Dames, Rokia Traoré et Rabiatou Cissé, y ont fait des prélèvements pour des besoins personnels des biens d’autrui avec  imitation de la signature des adhérents, remplissage des différents documents au nom des adhérents.

Il est reproché à Rabiatou Cissé d’avoir commis d’autres faux et usage de faux par contrefaçon de signatures à Bamako et  Niono, courant 2007, et Rokia Traoré, d’être complice de l’accusée Rabiatou Cissé pour crime de faux et usage de faux courant 2004 à Niono.

Ces faits sont prévus et punis par les articles 102,104, et 24 du code pénal donnant lieu à l’application des peines criminelles.

Ayant reconnu les faits reprochés à elles au Prétoire lors de la 2eSession de la Cour d’Assises, et en bénéficiant des circonstances atténuantes, les deux Dames ont écopé de 3 ans de prison avec sursis et une amende considérable.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

3e Édition de la Formation sur la Police des Nations Unies : Dix-sept éléments des forces de sécurité certifiés dans le renforcement des capacités opérationnelles

Le Directeur Général de l’École de Maintien de la Paix, le Général de Brigade Mody …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils