vendredi 23 avril 2021
Accueil | International | Corollaires de la crise malienne : La mort des casques bleus néerlandais au Mali est payée cher

Corollaires de la crise malienne : La mort des casques bleus néerlandais au Mali est payée cher

La Ministre néerlandaise de la Défense et le Chef de l’Armée de ce pays ont fait les frais de la mort accidentelle survenue en juillet 2016 à deux des casques bleus de leur pays en mission au Nord du Mali. Jeanine Hennis-Plasschaert, la Ministre, en situation délicate depuis cet événement tragique, a fini par céder sous la forte pression du Parlement, et même de son parti en présentant dans la soirée du mardi dernier sa démission devant l’Assemblée Nationale. Le Chef de l’armée en a fait de même, à quelques jours seulement de son départ à la retraite.

En rappel des faits ayant contraint ces deux figures néerlandaises à la démission, fin septembre dernier, des enquêteurs néerlandais ont dénoncé de « sérieux manquements » qui ont mené à la mort de deux Casques bleus néerlandais au Mali lors de l’explosion accidentelle d’un mortier l’an dernier.

Les deux hommes ont été tués « sur le coup » en juillet 2016 et un troisième, qui filmait l’exercice en cours, a été grièvement blessé par des éclats de mortier à Kidal, quand un obus s’est déclenché de manière inattendue.

Dans son Rapport officiel sur l’accident, le Bureau d’enquête pour la sécurité (OVV) a découvert que les militaires utilisaient des stocks de vieux obus achetés en 2006 « dans l’urgence avec l’aide du département américain de la défense » pour la mission néerlandaise en Afghanistan sous l’égide de l’ONU.

Mais lors de l’achat, le Ministère néerlandais de la Défense « a omis de mener ses procédures et contrôles, (supposant) que l’armée américaine utilisait elle-même les munitions et les avait déjà suffisamment testés », a indiqué l’OVV. Pourtant, l’obus présentait des « zones fragiles dans sa conception: l’humidité peut ainsi pénétrer » dedans, d’après le Rapport. Combinée à la chaleur, l’humidité a rendu ces « substances explosives très instables et sensibles aux chocs ». Toute chose qui, ajouté au grief de la réduction du Budget consacré à l‘équipement des troupes dans le cadre de la politique d’austérité du Gouvernement, a fini par être fatale au Ministre en charge du dossier.

«J’ai mis mon cœur et mon âme au service du Ministère de la Défense», a-t-elle déclaré aux parlementaires. «Mais ça s’arrête ici, aujourd’hui», a-t-elle lancé pour rendre le tablier.

En effet, rappelons que les Pays-Bas participent depuis avril 2014 à la mission de la MINUSMA, avec 450 militaires, quatre hélicoptères Apache et trois hélicoptères de transport Chinook, selon l’agence de presse néerlandaise (ANP).

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

NEGOCIER AVEC LES TERRORISTES: Est-ce vraiment la bonne solution ?

  Au fil des semaines, une divergence de taille se dessine entre ce que l’on …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils