lundi 14 juin 2021
Accueil | Economies | CONSTRUCTION D’UNE CIMENTERIE A GUINBANE : Le coût de réalisation s’élève à 200 milliards de nos francs

CONSTRUCTION D’UNE CIMENTERIE A GUINBANE : Le coût de réalisation s’élève à 200 milliards de nos francs

Le protocole d’accord et la convention d’établissement autorisant la construction de cette usine ont été paraphés, le lundi 19 septembre 2016 à l’hôtel Radisson Blu, par le ministre du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, et le directeur de la société GAIA Equity LTD, Kenneth Joseph Kinsella.

Dans un délai maximum de trois ans sortira des terres de Guinbané (cercle de Diéma), une cimenterie intégrée d’une capacité de production de 1,5 million de tonnes par an pour un coût total de réalisation évalué à 200 milliards de F cfa.
Pour arriver à ce résultat, la société GAIA a mobilisé les fonds nécessaires auprès d’investisseurs irlandais, palestiniens, saoudiens et chinois qui misent également sur les potentialités économiques de notre pays. « En plus d’un climat des affaires attrayant, les statistiques du FMI tablent sur une croissance du PIB de l’ordre de 5% par an. Les résultats des études géologiques, de faisabilité et d’impact social et environnemental sont tout aussi extraordinaires », a justifié Kenneth Joseph Kinsella, en présentant le projet à l’assistance.
Outre son caractère stratégique, la future cimenterie prévoit la création au profit du Mali 450 emplois directs et 700 postes indirects, a annoncé le patron de la société GAIA Equity LTD qui a ainsi comparé le Mali à un champ fertile en termes d’investissement. « Le ciment est le 2ème produit commercial le plus important après le pétrole. Le Mali importe 3 millions de tonnes de ciment par an », a indiqué Kenneth Joseph Kinsella.
Le co-directeur de la société GAIA, Tarek Selim Kadada, a lui aussi justifié le choix de son entreprise à investir dans la cimenterie au Mali. « Nous aimons beaucoup le Mali. Ce pays est aussi propice aux investissements. Des efforts sont faits dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires », a commenté Tarek Selim Kadad. Il a profité de l’occasion pour rassurer que sa société vient au Mali avec les meilleures expériences acquises à travers le monde dans la conception et l’implantation de cimenterie.
Visiblement très enthousiaste par ces investissements qui vont certainement booster le développement industriel au Mali, le ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim a témoigné de la reconnaissance du peuple malien aux hôtes du jour. Il a expliqué qu’investir dans le secteur très sensible du ciment, c’est promouvoir le développement d’un véritable tissu industriel au Mali. Ce qui, insistera-t-il, cadre bien avec la volonté du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui vise à faire de l’industrialisation l’un des moteurs du développement économique et social.
Cette cimenterie intégrée sera réalisée par SINOMA, partenaire technique de GAIA. Son représentant, Li Yong, a expliqué que la société est le géant de la construction d’usine de ciment dans le monde. Créée depuis 1953, elle aurait réalisé à travers le monde plus de 60 cimenteries, dont les capacités varient entre 1 000 et 10 000 tonnes par jour.

Mamadou DOLO| lecombat.fr
dolo@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

SADI FACE À LA PRESSE: Le parti exige à l’État de payer l’aide aux partis politiques  

‘Le Bureau exécutif national du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) a …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils