mardi 29 septembre 2020
Accueil | Société | Concertations nationales pour la Transition : Contestations ou antilogie au CICB ?   

Concertations nationales pour la Transition : Contestations ou antilogie au CICB ?   

Les concertations nationales pour l’organisation de la Transition ont débuté ce samedi 05 au Centre Internationale de Conférence de Bamako. L’objectif, c’est de permettre à toutes les forces vives de la nation d’apporter leurs expériences pour le redressement de notre pays. 

 

Les premières assises inter maliennes pour implémenter les points prépondérants des futures transitions politiques et civiles ; à savoir les différentes commissions de travail ont débuté ce samedi 5 septembre 2020 au Centre Internationale de Conférence de Bamako. Hommes politiques, religieux, Société civile, personnalités morales, etc. présents afin d’offrir à notre pays une transition qu’on espère tous réussie. Celles-ci (les commissions) se composent de cinq (05) groupes qui décideront de l’issue de ces concertations nationales. Hélas, ces deux jours de concertations inter malien attirent beaucoup, tant sur le plan national, qu’international. Elles se déroulent dans toutes les grandes villes à l’intérieur du pays. Néanmoins, pour que ce rendez-vous inter malien se passe bien, toutes les forces vives de la nation ont été appelées. Le souhait pour une transition réussie avec toutes les forces vives est l’objectif que se fixe le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP). En effet, le début de ces assises a été très mouvementé. Car l’organisation a fait l’objet de sérieuses critiques ; surtout au niveau de la répartition des groupes ou commissions de travail. Mais ces contestations ont vite été prises en compte par le CNSP pour calmer les ardeurs. Finalement, les questions que l’on serait en droit de se poser c’est de savoir ; que peut-on attendre de ces concertations nationales ? Est-ce que des propositions concrètes en sortiront ? Serons-nous d’accord sur la personne qui va diriger la Transition ? Militaire ou civile ? etc. La Cedeao exige une transition dirigée par un civil et non un militaire. Ce que le CNSP ne voudrait pas, dans la mesure où le Colonel Assimi Goïta a été déjà proclamé Chef de l’État par le Comité à travers son acte fondamental publié au journal le 24 août 2020.  Une transition civile qu’espèrent aussi sans l’ombre d’un doute les leaders du M5 – RFP. Car, notre constat est que le M5 serait plus influent dans ces concertations. Leur influence est si grande ; et tout porte à croire que le CNSP craint fortement ce mouvement. Les prochaines concertations nationales nous en diront davantage.

 

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

3e Édition de la Formation sur la Police des Nations Unies : Dix-sept éléments des forces de sécurité certifiés dans le renforcement des capacités opérationnelles

Le Directeur Général de l’École de Maintien de la Paix, le Général de Brigade Mody …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils