lundi 14 octobre 2019
Accueil | Société | Chefferie traditionnelle de Lafiabougou: L’intronisation du nouveau Chef traditionnel met fin à un bras de fer qui n’en était vraiment pas un !

Chefferie traditionnelle de Lafiabougou: L’intronisation du nouveau Chef traditionnel met fin à un bras de fer qui n’en était vraiment pas un !

 

Un an après le décès de son très respecté Chef, EL Birama Traoré, connu sous l’appellation de San Bourama, Lafiabougou s’apprête à célébrer en grande pompe l’intronisation de son successeur qui n’est autre qu’El Hadj Sinaly Traoré.

 

En effet, de source bien introduite, sous l’œil bienveillant et la bénédiction du Conseil des sages du quartier, avec à sa tête Diawé Traoré, Grand Chevalier de l’Ordre national du Mali, non moins Secrétaire Général  de l’Association Nationale des Chasseurs du Mali (ANACMA), le Comité d’organisation est avancé dans les dernières touches de la cérémonie d’intronisation d’El Hadj Sinaly Traoré dans son rôle du tout nouveau Chef traditionnel de village de Lafiabougou, en Commune IV du District de Bamako.

Cette cérémonie tant attendue va permettre au paisible quartier de Lafiabougou de sortir enfin de l’orphelinat dans lequel il se trouvait. Ce sera, selon des indiscrétions, aussi et surtout l’occasion de mettre fin à une situation de flou qui régnait depuis la désignation à l’unanimité du nouveau Chef en Assemblée Générale consultative qui s’est ténue d’il y a déjà six mois.

Ainsi, selon la nouvelle répandue, un camp de dissidents cherchait coûte que coûte et vaille que vaille à faire un forcing en se proclamant comme des ayants droit de l’héritage. Cela, contre la volonté des populations du quartier.

Interrogé pour en savoir davantage, l’un des organisateurs de la cérémonie ayant requis l’anonymat nous témoignera que personne ne saurait venir imposer à Lafiabougou un Chef pour satisfaire ou récompenser qui que ce soit.

La coutume, aux dires de notre interlocuteur, veut que le Chef du village soit désigné à l’issue d’une Assemblée Générale représentative de toutes les composantes et couches sociales du village ou du quartier. «Un Chef de quartier n’est pas une Autorité politique ou administrative que l’on nomme ou qu’on va élire», a-t-il clarifié pour ceux qui cherchaient à détourner l’attention de l’opinion publique afin d’assouvir à leur dessein inavoué.

«Les Politiques et autres affairistes doivent comprendre que, malgré l’évolution technologue, nos valeurs sociétales, selon nos us et coutumes, ne sauraient être mises à mal pour quelque soit la raison. Il faut que l’on fasse la part des choses de peur de saper le peu de richesses socioculturelles, morales et spirituelles qui demeure aujourd’hui comme hier notre cordon ombilical sans lequel notre existence serait en vain. Alors, de grâce, Lafiabougou est un havre de paix que nous a légué feu notre très respecté Chef El San Bourama Traoré, que personne ne cherche à venir troubler cette quiétude sociale, cette entente. Il ne peut y avoir de bicéphalisme chez nous à Lafiabougou, c’est pourquoi à l’unanimité notre choix s’est porté sur El Hadj Sinaly Traoré, à cause de sa grande sagesse et son sens élevé de l’humanisme pour succéder dignement à son père. Nous invitons tous les quartiers de la Commune IV et ceux d’ailleurs, amis et sympathisants de Lafiabougou, à venir se joindre à nous, ce samedi 28 septembre 2019, à partir de 16 heures, sur le terrain Chaba, pour célébrer en grande pompe, dans la joie, la ferveur des grands jours et la fraternité, l’intronisation de notre nouveau Chef de quartier, en la personne de El Hadj Sinaly Traoré », a prononcé, en substance, notre interlocuteur.

Face à ces propos, il nous revient de saluer cette preuve de responsabilité et de clairvoyance des populations de Lafiabougou qui ne se sont pas révoltées pendant tout le temps qu’a duré ce que l’on pourrait qualifier de trouble à l’ordre social de la part de ceux qui ont cherché à s’accaparer de ce qui ne leur revient que ni de nom ni de droit.

Ceci étant, les Autorités politiques et administratives doivent suivre la volonté des populations locales afin d’éviter d’autres sources d’instabilité au moment où notre pays se trouve à la croisée des chemins.

Tiéwi Adams Konaté LE COMBAT

……………………..

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Lutte contre la corruption et l’arrestation de Bakary Togola: Les universitaires maliens se prononcent

  Votre journal s’est intéressé cette semaine à la question de la lutte contre la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils