vendredi 18 juin 2021
Accueil | Société | Bavure policière et situation insoutenable : Les Appels à la désobéissance civile se multiplient !  

Bavure policière et situation insoutenable : Les Appels à la désobéissance civile se multiplient !  

Malgré les différentes arrestations des personnalités pour effrayer les gens à ne pas se livrer à des actes de rébellion, le phénomène ne fait qu’augmenter et la volonté de gens à faire appel à la désobéissance civile est plus grande. 

 

La désobéissance se définit comme telle : c’est le refus  assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. Et au Mali, la constitution de 92 admet son application, mais avec des limités. Aujourd’hui, vu la situation du pays, c’est normal que la population ou les personnalités du pays fassent  appel à cette règle édictée par la constitution. Les dernières semaines ont été beaucoup ajustées dans le pays. Primo, l’armée reconstituée qui était entrée à Kidal a rebroussé  chemin pour raison de coronavirus selon certaines sources, tandis que d’autres disent que c’est pour une tout autre chose. Secundo, l’élection du président de l’Assemblée Nationale a été faite de façon douteuse et le président fondateur du parti RPM est pointé du  doigt par ses collaborateurs, notamment quand on lit  un écrit de Dramane  Mallé  dans les colonnes de votre journal ‘’ le Combat’’. À cela, s’ajouter la situation  d’anxiété de la population de Kayes, qui vit dans la peur après la mort d’un jeune garçon par un policier provocant  ainsi, la perte en vie humaine de deux autres personnes en plus du jeune Seyba Tamboura. Et avant cela, dans la capitale, durant un couvre-feu, il y a eu mort d’homme et des blessés. Enfin trio, l’arrestation  de Clément Dembélé et Nouhoum Sarr ont été l’élément déclencheur de plusieurs appels à la désobéissance civile dans le pays. L’inquiétude est grande et nous nous  demandons, quand est-ce que les choses vont-elles  rentrer dans l’ordre ? La situation sécuritaire est mise en mal malgré la signature d’un accord qui tarde à répondre aux aspirations de la population, la crise scolaire que traverse le pays gagne de jour en jour le terrain et la situation se dégrade.Par conséquent,  les enseignants sont toujours campés sur leur position d’observer des grèves qui ont commencé depuis  plus de quatre mois, début de la rentrée scolaire. À cela s’ajoute la propagation de la maladie à coronavirus. Du coup, la confusion s’empare des populations et des personnalités du pays qui se disent que seule la désobéissance civile pourrait changer la donne. En tout cas, il faut toujours savoir raison garder, pour que le Mali ne vive plus la situation dramatique de Mars 91.

À suivre

Lansine Coulibaly

Malick Diancoumba

Voir aussi

Fin d’un règne au CSDM: Mohamed Chérif Haidara perd son latin

Fin d’un règne au CSDM: Mohamed Chérif Haidara perd son latin En conflit ouvert depuis …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils