dimanche 24 janvier 2021
Accueil | Société | Bah Dao, Assimi Goïta : le pouvoir aux crochets de qui ?

Bah Dao, Assimi Goïta : le pouvoir aux crochets de qui ?

Après la chute du régime du président Ibrahim Boubacar Kéïta par un putsch le 18 août 2020 au tréfonds d’une crise sociopolitique, le pouvoir, sous le contrôle des militaires est devenu la sérieuse question qu’il faut impérativement régler. Entre Bah Dao et le Colonel Assimi Goïta qui est réellement aux commandes ?

 

C’est l’épineuse question que tout le monde se pose constamment face en tout cas à tout ce qui se passe en cette période de transition. Le président de la transition Bah Dao a été choisi par les militaires pour diriger cet intervalle éphémère tout en ayant un œil, pour en effet surveiller ou scruter de près ses actions, à travers, on ose le dire, le poste de vice-président qu’occupe le Colonel Assimi Goïta actuellement, chef de la junte. Mais qui servirait à d’autres choses que de surveiller. On ose prédire une influence ou une emprise sur les affaires de la part des militaires. Tout est flou, et très confus dans la tête du Malien lambda. Qui a plus de pouvoir de décision que l’autre? C’est la question que chacun des Maliens serait en droit de se poser ; le Colonel Assimi Goïta, le chef de la junte et vice-président de la transition, chargé des questions de défense et de sécurité, l’homme qui, depuis la prise du pouvoir, installe son influence. Les textes en édifient clairement ; mais la mise en application en est tout autre.

Vous vous poserez certainement la question de savoir; pourquoi l’expression ‘’Chef de la Junte’’ alors qu’un président est aux commandes. Évidemment, car du coup d’État à nos jours, le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) continue d’exister à sa juste valeur, comme le CNRDE du capitaine Amadou Haya Sanogo en 2012. Va-t-on assister à ce même scénario qui a plongé ou enfoncé le pays dans un trou chaotique qui ne dit absolument pas son nom ? Est-ce que ça sera un commandeur commandé ? Bah Dao, assis dans son fauteuil de Chef d’État, délègue certaines de ses décisions à son vice-président ; à l’instar de la mise en œuvre du Conseil National de la Transition. Ce pouvoir de transition serait aux crochets de qui ? Bah Dao ou Assimi Goïta ? La gestion de la transition par les nouvelles autorités tarde à faire ces effets au point que certains Maliens s’impatientent. C’est le cas de Issa Kaou Djim, l’influent coordinateur général de la CMAS qui disait dans une conférence de presse le 10 octobre dernier que : « …nous demandons à Bah Dao de s’assumer et nous allons le soutenir parce que nous allons demander au peuple de sortir. L’acte que le peuple attend de lui c’est de montrer enfin pourquoi il a été choisi pour défendre l’intérêt des Maliens. Notre soutien à la transition n’est pas de chercher à être membres du CNT. Pour nous, la réussite de cette transition est un devoir patriotique. »

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

Relecture des textes électoraux : le M5-RFP des “tentatives non inclusives“ de la part du Gouvernement   

Dans un communiqué, le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) dénonce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils