jeudi 2 décembre 2021
Accueil | Société | Attentat à Bamako : La DGSE l’a déjoué in extremis

Attentat à Bamako : La DGSE l’a déjoué in extremis

La vigilance des forces spéciales de la Direction Générale de la Sécurité d’Etat (DGSE) ont évité de justesse à Bamako le sort triste du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) de Gao.

Les terroristes ont frappé le Mécanisme Opérationnel de Coordination de Gao (MOC), le jeudi 18 janvier dernier. Une semaine plus tard, jour pour jour, les forces spéciales de la Direction Générale de la Sécurité d’Etat, grâce à leur vigilance accrue, un autre attentat, cette fois-ci à Bamako en mettant le grappin sur deux terroristes, le jeudi 26 janvier. Selon nos sources, ces deux terroristes arrêtés à Magnambougou et à Sénou sont membres du groupe Al Mourabitoune, le groupe qui a d’ailleurs revendiqué l’attentat de Gao. Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, dans son adresse à la nation suite à l’attentat de Gao, avait promis de faire payer cher à Al Mourabitoune cet acte. Cette arrestation est déjà un signal fort. Les deux terroristes arrêtés sont : Marhi Barka Ben Erzagh, ex- MUJAO et repris de justice, et Mikailou Mahamoud Dicko, terroriste proche de Hassane Al Nouiny (second bras sadique de Mokhtar Belmokhtar). Selon une source bien informée, ils étaient venus à Bamako pour préparer des cibles en vue de commettre des attentats au compte d’Al Mourabitoune. Cet attentat, toujours selon nos sources, devrait survenir à la fin du mois de janvier où le dispositif sécuritaire du sommet était en plein démontage. Si cet attentat déjoué évite à Bamako de vivre un second « Radisson Blu », il faut saluer la vigilance de nos forces spéciales de la DGSE.

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Polygamie : Des femmes  témoignent sur comment elles en ont été informées

  Au Mali, le code de la famille prévoit l’option du régime polygamique pour un …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils