samedi 28 novembre 2020
Accueil | Politique | Assemblée générale du M5-RFP : l’impavide course en continu !

Assemblée générale du M5-RFP : l’impavide course en continu !

Ce samedi 24 octobre 2020 s’est tenue l’assemblée générale du mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), pas cette fois-ci au siège de la CMAS, mais au siège de CSTM. Le combat pour la refondation du pays renoue dans sa chair.

 

Le mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5–RFP), veut gros cette fois. Ils ont libéré leur volonté de faire partie du Conseil National de la Transition (CNT), l’organe législatif, avec la plus belle des manières. Selon la déclaration de l’assemblée générale, la refondation du Mali ne se passe pas comme prévu par leur vision du changement, qu’ils ont prôné jusqu’à la suite du régime du président Ibrahim Boubacar Kéïta. C’est la raison selon laquelle sans détour : « sans complexe et en toute légitimité, le M5-RFP réclame comme un dû la présidence et le quart des membres du Conseil National de la transition pour encore et une fois se donner les moyens politiques et institutionnels du changement et de la refondation, » précise cette déclaration. Ironie du sort ! Quel coup de canon !

Cette volonté manifeste intervient à un moment où les tractations pour la constitution du Conseil National de la Transition sont en cours ; et aussi la volonté des putschistes de président cet organe transitoire. Assistera-t-on à un bras de fer pour des sièges entre les deux (02) acteurs majeurs du changement de régime ? C’est ce que nous assisterions apparemment ; le M5 est en impavide course pour obtenir ce qu’il cherche depuis toujours ; le CNSP, qui ne devra pas exister à présent, chercherait à installer le Colonel Malick Diaw à ce poste pour baliser le terrain à leurs projets ou bien leurs projets de prédilection pour le Mali. C’est une course à fond pour les membres du M5 – RFP. Mais de l’autre côté, le peuple silencieux se démarquerait de toute cette confrontation qui n’honore absolument pas les martyrs des événements du 10, 11, 12 juillet 2020. Les querelles médiatiques, politiques ou d’influences pour obtenir ses intérêts ne résoudront pas les problèmes de ce pays. Le départ d’IBK considéré par beaucoup de Maliens comme une véritable ouverture pour le changement serait un regret, un recul par rapport à ce qu’on voulait. Chose qu’on ose imaginer ; on a l’impression qu’aucun changement ne s’opère dans la gestion de l’État. Les luttes pour des sièges au sein du CNT poussent les uns et les autres à penser comme ça. L’impavide course en continu pour le M5 maintient le rideau.

Moriba DIAWARA

Malick Diancoumba

Voir aussi

Transition politico-militaire : le M5 serait-il en mesure de faire autrement?

Depuis le début de cette transition, un mauvais  vent accompagnait la bonne continuité de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils