vendredi 18 septembre 2020
Accueil | Société | Après l’échec d’un coup de force de la CEDEAO : Goodluck Jonathan chez l’Imam Dicko et le Chérif de Nioro pour s’accommoder à la tradition

Après l’échec d’un coup de force de la CEDEAO : Goodluck Jonathan chez l’Imam Dicko et le Chérif de Nioro pour s’accommoder à la tradition

Depuis lundi, le médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne séjourne dans la capitale malienne. Après une rencontre avec l’autorité morale du M5-RFP, l’Imam Mahmoud Dicko, hier il s’est rendu à Nioro du Sahel pour rencontrer le Chérif M’Bouillé. Ce déplacement s’inscrit dans la recherche de solution.

La CEDEAO n’a plus de solution pour imposer aux acteurs politiques maliens dans la crise actuelle. Après 4 tentatives, l’organisation sous-régionale aurait bien appris les leçons pour revenir aux fondamentaux en discutant avec les autorités religieuses afin de trouver une porte de sortie dans cette crise qui a commencé depuis juin.
La volonté de sauver à tout prix le « camarade » IBK a plombé la médiation de la CEDEAO. Et désormais les peuples de l’espace ne croient plus en ces présidents qui semblent former un syndicat en leur faveur plutôt qu’une CEDEAO des peuples. C’est ce qui vaut les rencontres particulières avec les religieux depuis la venue lundi de Goodluck Jonathan à Bamako.
“Nous pouvons comprendre que les gens organisent des manifestations. Mais aujourd’hui, le monde entier, toute la communauté internationale sait qu’il y a des difficultés au Mali et nous tentons d’aider le Peuple malien à les résoudre. Il n’y a donc plus lieu d’organiser continuellement des manifestations. En organisant ces manifestations, on expose principalement les jeunes. On expose également les biens des Maliens au vandalisme. C’est presque impossible de maîtriser la foule. J’invite les organisateurs des manifestations à faire preuve de retenue. Le pays enregistre des progrès. Vous avez pu voir aujourd’hui la mise en place de la nouvelle Cour Constitutionnelle. Il y a des progrès et s’il y a des difficultés nous devons rester strictement dans le cadre du dialogue » a laissé entendre Goodluck Jonathan Médiateur de la CEDEAO pour le Mali lundi.
Bourama Kéïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

L’EXPLOITATION DE L’OR : la Somisy doit plus de 227 milliards CFA au Mali sur seulement trois années d’exercice              

«Mali Lithium» va lever 70 millions de dollars australiens (38 713 724 000 F Cfa) pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils