vendredi 5 mars 2021
Accueil | Société | 3e Licence de téléphonie mobile : Des équipements réceptionnés

3e Licence de téléphonie mobile : Des équipements réceptionnés

Tout est pratiquement fin prêt pour que la 3e licence de téléphonie mobile au Mali soit opérationnelle dans les tous prochains jours. Pour preuve, la société de téléphonie Alpha Télécom-Mali (ATEL-SA), détentrice de cette licence, propriété de l’Homme d’Affaires burkinabé, Apollinaire Compaoré, a réceptionné, le vendredi dernier, à l’Aéroport de Bamako Senou, les équipements de dernière génération destinés au montage des pylônes. Le réseau Alpha Télécom, annoncé avant fin 2017, va, donc, incessamment avoir droit de cité au grand dam de Malitel et Orange qui auront désormais à faire avec un nouveau challenger.

Les lignes bougent du côté de la compagnie de téléphonie, Alpha Télécom de l’Homme d’affaires burkinabé, Apollinaire Compaoré. Selon nos dernières informations, l’équipementier Huawei vient de mettre à la disposition de la société, détentrice de la troisième licence de téléphonie au Mali, du matériel ultra- moderne pour l’installation des équipements techniques destinés au lancement du réseau ATEL-Mali. Beaucoup d’eau avaient, certes, coulé sous les ponts avec des reports dans le calendrier du démarrage officiel de cette société de téléphonie mais elle n’a pas, pour autant, baissé les mains dans les préparatifs qui vont bon train.
Huawei a affrété un cargo spécial pour l’acheminement des équipements à Bamako. Selon nos informations, le Promoteur de ATEL-Mali, l’entrepreneur burkinabé Apollinaire Compaoré était entouré de ses partenaires lors de la réception du matériel à l’Aéroport de Bamako Senou.
En rappel, à la mi-octobre 2016, il était annoncé que la BOAD (Banque ouest-africaine pour le développement) avait réuni, dans ses locaux, à Lomé, au Togo, le pool bancaire prêteur pour discuter de la relance du dossier relatif au projet de l’entreprise de téléphonie, Alpha Telecom Mali, attributaire de la troisième licence sur le marché malien et dont le signal peinait à émettre.

Des Banques dont la BNI Côte-d’Ivoire, l’ORABANK, l’UTB (Togo), la BIDC (Banque d’investissement de la CEDEAO) et la BSIC Mali s’étaient réunies autour de deux points essentiels : celui du suivi par la Banque-agent (BSIC-Mali) de finaliser toutes les procédures administratives (en termes de garanties et de formalités requises) auprès du notaire et celui de l’engagement de décaissement par la BOAD d’un montant de 10 milliards de francs CFA une fois que les garanties seront réglées.

Donc, tous les signaux semblent désormais au vert pour l’ouverture du chantier devant accoucher ce troisième opérateur de réseau téléphonique vivement attendu sur le sol malien. Dieu seul sait si c’est par lui que viendra le salut des populations maliennes avides d’une meilleure connexion internet. C’est le wait and see qui se poursuit toujours ; car, pour l’heure, ces populations se doivent encore de prendre leur mal en patience, le temps que les pylônes ne sortent de terre.

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Flambée du prix des denrées alimentaires : Entre contestation et ignorance de fait !    

Cela fait des semaines maintenant que le prix de certaines denrées alimentaires connait une véritable …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils