samedi 15 décembre 2018
Accueil | Société | Ousmane Cherif Madani Haïdara par rapport au triste sort de Kouffa : «Celui qui terrorise les populations n’est pas avec Dieu»

Ousmane Cherif Madani Haïdara par rapport au triste sort de Kouffa : «Celui qui terrorise les populations n’est pas avec Dieu»

Pour faire le point de la 34ème édition de la célébration du Maouloud de la Fédération Ançardine Internationale (FADI), le guide spirituel de cette fédération, Ousmane Cherif Madani Haïdara était devant les hommes de média dans l’après-midi du jeudi 29 novembre à Banconi Djianguinébougou. Principal conférencier de l’évènement, l’occasion a été opportune pour lui de livrer son point de vue sur plusieurs questions d’actualités, dont la mort d’Amadou Kouffa. A ce sujet, il a estimé que: « la seule mort de Kouffa n’est rien, il faut parler avec les autres afin qu’ils sachent que la personne qui terrorise les populations n’est pas avec Dieu ».
Les versets coraniques qui étaient au cœur de cette 34ème édition du Maouloud des Ançardines sont entre autres, « ne vous disputez pas sinon vous fléchirez et perdez force », « vous avez dans le messager d’Allah un excellent modèle… ». Il s’agissait d’interpeler les musulmans à l’union et à prendre exemple sur le prophète Mohamet dans son comportement exemplaire, tout à fait contraire aux actions terroristes de nos jours.
Par rapport spécifiquement au bilan de cette activité majeure des Ançars, en termes de chiffre, Chérif Ousmane Madane Haïdara a fait savoir, qu’ils étaient 101 424 fidèles (hommes et femmes), venus de 27 pays d’Afrique qui ont pris part part à l’évènement. Les activités phares ont été entre autres, les soirées de prêches, des lectures coraniques et des bénédictions.
Lors de cette conférence de presse, les interrogations soulevées par les hommes de média, ont porté entre autres, sur les 150ha promis par le chef de l’Etat à la FADI, l’aide du gouvernement pour la célébration du Maouloud, les propos inappropriés tenus à l’occasion de ce 34ème Maouloud ainsi que la mort du chef de la Katiba du Macina, Amadou Kouffa.
L’obligation pour le Gouvernement de soutenir le Maouloud des Ançardines !
En réponse à la première question, sans autre forme de procès, le guide des Ançars dira que les 150ha promis par le chef de l’Etat ne sont pas encore une réalité. Cependant, si le président IBK, avait promis cela en toute bonne volonté, sans pression, Haïdara pense autrement. « L’Etat est dans l’obligation de me donner un lieu qui peut contenir les gens » estime-t-il. D’ailleurs, il va plus loin pour exprimer son mécontentement. « Je suis terrifié, je ne le demande pas, c’est un droit. Je laisse pour cela à Dieu » a-t-il déclaré.
Cependant, toujours sur le même sujet, le guide spirituel des Ançardines, dira que les populations du village de ‘’Fiyan’’, lui ont offert un espace d’environs 140ha, afin qu’il puisse tenir ses évènements.
Parlant de la contribution du gouvernement dans le cadre de la célébration de ce Maouloud, il a été on ne peut plus clair. « Nos activités sont entièrement et intégralement financées par les membres de l’Ançardine » a-t-il déclaré, tout en soulignant qu’ils n’ont jamais été dépendants d’un Gouvernement.
Connu pour sa sincérité et sa franchise, le grand érudit de Tamani n’a pas manqué de rendre un hommage mérité au président de la République pour sa foi fervente. Selon lui, IBK bien avant, qu’il soit président de la République n’a manqué à aucune célébration de Maouloud. « Il a répondu présent à toutes mes célébrations de Maouloud » a -t-il témoigné, tout en précisant que sa présence a fait défaut seulement que deux fois, cela pendant sa gestion du pays.
Après Kouffa, le devoir de parler avec les autres !
Toujours dans leurs questions, les journalistes n’ont manqué de revenir sur des propos qui frisent l’écart de langage du maire de Ouenkoro, Harouna Sangaré à l’endroit Mohamoud Dicko, tenus lors de la nuit de la grande prêche au stade du 26 mars.
En réponse, le guide de la FADI n’a pas nié le caractère blessant de ces propos.
« Je n’ai pas du tout aimé le fait que le nom de notre ‘’Cheick’’ soit annoncé à mon évènement en mal » a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « nous avons demandé à la personne concernée de présenter publiquement ses excuses, car je n’ai jamais manqué de respect à personne ».
Cependant, il n’a pas manqué de souligner qu’il a fait l’objet d’insultes et des propos de dénigrements de tous genres de la part des adeptes de ce dernier. D’où l’expression suivante en guise d’avertissement : « Ne jette pas des cailloux, quand tu sais que ta maison est en vitre ».
Actualité oblige ! Le guide spirituel des Ançardines a été interpellé à se prononcer sur la mort de Kouffa, qui voulait faire croire, d’être en combat pour la région, donc pour Dieu.
Abordant le sujet, Haïdara n’est pas allé par le dos de la cuillère. Pour cela, il a évoqué des passages du saint Coran pour étayer son argumentaire.
« Il est important de comprendre que toute personne qui tue au nom de la religion, ne sera pas pardonnée par Dieu. C’est la parole du saint Coran » a-t-il, soutenu, tout en précisant que l’âme est trop sacré pour Dieu.
Selon lui, le comportement d’un terroriste dans le saint Coran est pire que de tuer seulement. A tire d’exemple, il dira qu’à cause des actions néfastes des terroristes, il y a des gens qui ont abandonné leur résidence et d’autres ne dorment plus tranquillement.
« Il est important de parler à ces gens. La mort d’une seule personne parmi eux, n’est rien. Il faut parler avec les autres, afin qu’ils sachent que la personne qui terrorise les populations n’est pas avec Dieu. Aucune religion, n’admet de tuer les gens » a-t-il précisé.
Par Moïse Keïta LE SURSAUT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Pourtant accusé de pédophilie : Zié Sanogo acquitté par la Cour d’Assises

Né vers 1975 à Sikasso, fils de Mamadou et de Mariétou Sanogo, Technicien comptable, Zié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :