mercredi 17 janvier 2018
Accueil | Santé | Contre la malnutrition : Le fruit du Baobab comme source de nutriments et de molécules bioactives

Contre la malnutrition : Le fruit du Baobab comme source de nutriments et de molécules bioactives

Ici, il s’agit d’approfondir les connaissances sur les propriétés nutritionnelles et pharmaceutiques de la farine de pulpe du fruit du Baobab pour contribuer à la lutte contre la malnutrition et au développement local.

Ce projet sur le Baobab pour la lutte contre la malnutrition et pour le développement local au Mali est officiellement opérationnel depuis le mois de novembre dernier. Il est financé par la Région Toscane et coordonné par le Département de Pharmacie de l’Université de Pise, en partenariat avec l’ONG malienne Aidemet et le Département de Médecine Traditionnelle de Bamako. Son intitulé est «Le fruit du Baobab comme source de nutriments et de molécules bioactives ».

Selon le Professeur Rokia Sanogo, le fruit du Baobab a une excellente valeur nutritionnelle ; car, il est riche en fibres, en glucides, en sels minéraux et en vitamines, avec une teneur élevée en vitamine C.

Dans les zones rurales du Mali, la pulpe du fruit Baobab est consommée à la fois sous forme solide et sous la forme d’une boisson comme complément alimentaire. Aussi, elle est aussi utilisée en Médecine traditionnelle comme immunostimulant, anti-inflammatoire, analgésique, antipyrétique, astringente et surtout dans le traitement des diarrhées infantiles. Les activités de recherches du Département de Pharmacie de l’Université de Pise se concentreront sur des analyses phytochimiques approfondies et des recherches sur les molécules bioactives. Tandis que le Département de Médecine Traditionnelle de Bamako s’occupera de la collecte et du contrôle de qualité des échantillons de farine de Baobab provenant de différents endroits. AidemetOng participera,  à cet effet, à la recherche pour le développement des formes d’utilisation améliorées et à la gestion logistique et administrative du projet.

En tout cas, le point de départ des différentes activités de recherches sera d’établir l’état des connaissances sur le fruit du Baobab dans ses différents aspects: agroforesterie, pharmacognosie, médecine traditionnelle, galénique, nutrition et transformation artisanale. Toutes les recherches seront menées dans une logique de complémentarité, de pluridisciplinarité, de participation des acteurs, de valorisation des savoirs locaux et l’attention aux aspects genre.

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Trafic et consommation illicite du tramadol dans le sahel : la jeunesse malienne menacée selon l’ONUDC

L’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) tire la sonnette d’alarme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *