samedi 25 novembre 2017
Accueil | International | Commerce inter-CEDEAO : Le Mali met un terme à l’obligation du Certificat d’Origine

Commerce inter-CEDEAO : Le Mali met un terme à l’obligation du Certificat d’Origine

Ouf de soulagement chez les commerçants maliens de denrées alimentaires et de bétails parce que c’est désormais fini pour eux l’obligation qui leur a toujours été faite de produire un certificat d’origine (CDO). La bonne nouvelle est rapportée par le West Africa Trade & Investment Hub, une émanation de l’Agence pour le Développement International des Etats-Unis (USAID) pour qui ce certificat constitue une violation directe du Schéma de libéralisation des échanges dans la zone CEDEAO (SLEC).

En supprimant ainsi au même moment que la Guinée voisine ce fameux sésame goulot d’étranglement de ses commerçants, notre pays fait désormais partie des six pays à avoir aboli l’exigence de ce certificat d’origine dans l’espace CEDEAO. Puisque la Côte-d’Ivoire, le Burkina-Faso, le Togo et le Bénin les ont déjà précédés dans la levée de ce qu’on peut appeler par gendarmes couchés sur les différents itinéraires des commerçants inter-Etats.

Le Trade Hub de l’USAID, qui déclare avoir « demandé expressément » aux Gouvernements d’Afrique de l’Ouest qui le pratiquaient de renoncer à ce certificat, a lancé une enquête auprès de 290 commerçants, transitaires et chauffeurs impliqués dans le commerce de 15 produits agricoles et animaux au sein de la CEDEAO. Cette enquête, dont les résultats devraient être prochainement connus, a relevé que les commerçants qui passent par les principaux corridors sont obligés d’obtenir un CDO pour la moitié de leurs expéditions. Cela leur prend environ 15 heures et $41.74 pour obtenir un seul document, chaque démarche étant séparée, ce qui les empêche de poursuivre d’autres démarches en même temps.

L’étude révèle aussi que seuls 14,8% des personnes interrogées étaient au courant des initiatives, des changements ainsi apportés; or, il y a des reformes influant sur le temps et le coût pour les échanges transfrontaliers, y compris dans les pays qui ont renoncé au CDO au cours de 18 derniers mois.

Rappelons qu’une des missions du Trade Hub de l’USAID est de travailler en collaboration avec les Gouvernements et les collectivités locales pour faire connaitre les décisions officielles visant à faciliter le commerce dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Par ailleurs, le Hub fait équipe avec des associations nationales de commerce afin d’assurer l’élimination de l’exigence du CDO en Guinée-Bissau et en Gambie.

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Chronique du Web : Mugabe et ses amis Anglais dans la sauce

Pour ma chronique de la semaine, l’envie m’a brûlé de traiter du sort (injuste ?) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *